Jérôme Rodrigues, figure des “gilets jaunes” de nouveau blessé pendant une manifestation à Paris

Alors que la France vit samedi son 24e jour de grève, marqué par des manifestations rassemblant des milliers de personnes à l’appel des syndicats les plus mobilisés contre la réforme des retraites, une des figures du mouvement des “Gilets jaunes” s’est dite victime de nouvelles violences de la part des forces de l’ordre. 

À l’approche du Nouvel an, la contestation sociale contre le projet de système « universel » par points voulu par Emmanuel Macron se dirige vers un nouveau record. Désormais plus long que celui de 1995 dans les transports (22 jours), le conflit pourrait dépasser les 28 jours atteints en 1986-1987 à la SNCF, également sans trêve de Noël.  

En attendant, plusieurs syndicats, dont la CGT-Cheminots, ont appelé à des manifestations locales samedi, auxquelles se sont joints des « gilets jaunes ». À Paris, environ 300 d’entre eux, dont Jérôme Rodrigues, une figure du mouvement, sont partis de la place de la Bourse. Ce dernier s’est dit victime de nouvelles violences policières ce samedi après-midi. 

“Les policiers gagnent leur vie en mutilant”

“Regardez ce que m’a fait la police”, s’exclame-t-il dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, ce samedi. Sur les images, la tension est vive entre les manifestants et la police. Les insultes fusent et on voit un policier réagir en utilisant sa bombe de  gaz lacrymogène à hauteur des visages des manifestants. C’est à ce moment que Jérôme Rodrigues tombe à terre en se tenant le visage.

Selon plusieurs témoins, dont la sénatrice Esther Benbassa, l’homme aurait reçu un coup de bouclier à l’oeil droit, soit celui qui était déjà blessé. Dans une autre vidéo, on le voit répondre à des journalistes. Il accuse les policiers de “gagner leur vie en mutilant” les manifestants. “Qu’est-ce que je leur ai fait ? Je prône le pacifisme. Je demande à ce qu’on manifeste”, a déclaré à la presse après l’incident Jérôme Rodrigues, légèrement blessé au coin de son oeil invalide.

La préfécture répond

Celui qui est devenu un symbole des violences policières après avoir perdu l’oeil droit en janvier 2018 lors d’une manifestation “gilets jaunes”, a été pris en charge quelques minutes par des “street medics”, avant de rejoindre le cortège de la manifestation interprofessionnelle contre la réforme des retraites, qui avait démarré à proximité.

“Une manifestation doit suivre le parcours déclaré en préfecture. Les forces de l’ordre font usage de la force strictement nécessaire à l’encontre de ceux qui tentent de sortir de ce parcours”, a réagit la Préfecture de police de Police, sur Twitter.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France Insoumise (LFI) s’est dit “écoeuré par le harcèlement violent contre Jérôme Rodrigues. Ce n’est plus de la police. Le préfet Lallement perd la raison.”

Source : 7SUR7

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS