Jean Quatremer : «C’est dingue de plonger le monde en récession pour une pandémie qui a tué moins de 100.000 personnes»

En rédigeant sa petite phrase sur Twitter, le journaliste français Jean Quatremer savait certainement qu’il allait déclencher une avalanche de réactions. Ce n’était donc pas tout à fait innocent.

«C’est dingue quand on y songe: plonger le monde dans la plus grave récession depuis la seconde guerre mondiale pour une pandémie qui a tué pour l’instant moins de 100.000 personnes ». Et le débat (chaud) était lancé ! Photo News

Photo News
«C’est dingue de plonger le monde en récession pour une pandémie qui a tué moins de 100.000 personnes»

Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, n’en est pas à sa première polémique. Ses propos sur Bruxelles , ville sale, il y a quelques années, avaient aussi fait couler beaucoup d’encre et de salive. Cette fois, c’est le coronavirus qui l’a inspiré.

« C’est dingue quand on y songe: plonger le monde dans la plus grave récession depuis la seconde guerre mondiale pour une pandémie qui a tué pour l’instant moins de 100.000 personnes (sans parler de leur âge avancé) dans un monde de 7 milliards d’habitants ». Le tweet a été envoyé jeudi en fin de journée et depuis, il n’a pas manqué de susciter des réactions indignées. Il a aussi ses supporters.

Jean Quatremer n’est pas un novice de Twitter. Il a 170.000 « followers » (plus que de morts). Il ne faut pas imaginer qu’il a lancé cette phrase dans un moment d’ennui et sans savoir ce qu’il faisait. En même temps, en écrivant cela, il semblait se ranger aux côtés de gens comme Donald Trump qui, il y a seulement quelques semaines, s’interrogeait sur la nécessité de confiner et de demander aux Américains de rester chez eux : « « Le remède n’est-il pas pire que le mal » ?

« C’est à cause de ce déni de la réalité que des pays se sont mal préparés, qu’ils ont tardé à prendre les bonnes mesures, que certains ont ensuite refusé le confinement », lui répond le journaliste français François Beaudonnet. En Belgique, c’est le président de Defi, François De Smet qui lui répond : Oui, c’est dingue, ce choix collectif de fragiliser durablement notre économie pour sauver des vies… Mais moi, j’espère qu’on conservera cette échelle de valeur le plus longtemps possible ».

Sauver des vies ? Sauver l’économie ? C’est tout le débat.

Depuis 24 heures, Jean Quatremer répond sur Tweeter à ses détracteurs.

Source : SUDINFO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS