Iran : La Russie a mis en garde les États-Unis contre une attaque -

Iran : La Russie a mis en garde les États-Unis contre une attaque

Les États-Unis et Israël n’ont pas réussi à persuader la Russie de modifier sa position à l’égard de l’Iran, particulièrement en ce qui concerne la Syrie.

De nombreux rapports indiquent que les États-Unis et Israël ont tenté de persuader la Russie de modifier sa position à l’égard de l’Iran, particulièrement en ce qui concerne la Syrie. Pas plus tard que le mois dernier, des responsables de la sécurité nationale de la Russie, d’Israël et des États-Unis se sont réunis pour un rare sommet axé uniquement sur l’Iran.

Bien que la situation ait pu être tendue pour l’Iran, il est apparu que la Russie n’a jamais été vraiment d’accord avec la proposition dès le départ.

Par exemple, la Russie a décidé de recadrer les pourparlers en mettant l’accent sur la  » stabilisation de la Syrie  » plutôt que sur l’ensemble de la situation en Iran. Le chef du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrushev, a déclaré ouvertement qu’il ferait pression pour que les intérêts de l’Iran soient respectés, déclarant que  » l’Iran est en Syrie à l’invitation du gouvernement légitime et participe activement à la lutte contre le terrorisme « .

Pour diverses raisons, il est peu probable que la Russie cède aux États-Unis et la plupart des médias ne s’aventureront probablement pas à expliquer pourquoi, même lorsqu’il s’agit de la question de la Syrie. Comme l’a résumé un analyste, la position américano-israélienne sur l’Iran est un « vœu pieux ».

Au milieu des tensions récentes et d’une impasse potentielle entre les États-Unis et l’Iran, il devrait être clair que les États-Unis et Israël ont influencé sans succès la Russie à changer d’orientation à l’égard de l’Iran – du moins en ce qui concerne le public international.

Il y a environ un mois, un diplomate russe de haut rang a déclaré que Téhéran « ne serait pas seul » si les États-Unis décidaient de frapper l’Iran. déclarant que « ce n’est pas seulement la Russie, beaucoup d’autres pays compatissent et compatissent avec l’Iran. » Zamir Kaboulov a conclu que « Téhéran ne sera pas seul si les Etats-Unis, Dieu nous en préserve, prennent des mesures sauvages et irresponsables contre elle ».

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a également publié une déclaration indiquant que Moscou tentera d’entamer un dialogue entre Washington et Téhéran, mais cela  » suppose évidemment la fin de la politique des ultimatums, des sanctions et du chantage « .

Bien qu’il soit largement sous-estimé et qu’il puisse contribuer à alimenter le récit ridicule selon lequel « Trump prend ses ordres de Poutine », il y a environ un mois, le président russe Vladimir Poutine lui-même aurait téléphoné au président américain Donald Trump pour lui demander de ne pas utiliser la force militaire contre Téhéran. Au cours d’une conversation téléphonique qui a apparemment duré quatre heures, M. Poutine a averti qu’une attaque américaine contre l’Iran aurait d’énormes conséquences qui s’étendraient à toute la région.

M. Poutine a également souligné que l’Iran avait honoré sa part du Plan d’action global conjoint (Joint Comprehensive Plan of Action – JCPOA) et a déclaré qu’il considérait sans fondement les sanctions imposées par les États-Unis à l’Iran.

Et lorsqu’il s’agit précisément d’éjecter l’Iran de la Syrie, Poutine aurait répondu en disant « nous ne faisons pas le commerce de nos alliés, de nos intérêts et de nos principes ».

Les éléments de preuve dont nous disposons donnent à penser que la Russie ne sera pas aussi prompte à abandonner son allié iranien, dont les raisons pourraient être attribuées à divers facteurs. Dans l’avenir immédiat, la défense de l’Iran par la Russie pourrait aider à retarder une autre guerre désastreuse aussi longtemps que possible.

Et peut-être que si les États-Unis voulaient vraiment que la Russie fasse ses propres concessions à l’égard de ses proches alliés dans la région du Moyen-Orient, les États-Unis devraient peut-être cesser de sanctionner et de punir la Russie également, car les sanctions américaines et européennes contre la Russie ont coûté à Moscou environ 50 milliards $ depuis 2014.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source : THEMINDUNLEASHED

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS