Iran: 23 enfants assassinés par le régime pendant les manifestations de novembre -

Iran: 23 enfants assassinés par le régime pendant les manifestations de novembre

Selon Amnesty International, au moins 23 enfants ont été assassinés par les forces de sécurité du régime iranien lors du soulèvement de novembre 2019.

Dans le rapport d’Amnesty, « ‘’Ils ont tiré sur nos enfants’’ – Assassinats de mineurs lors des manifestations de novembre 2019 en Iran », il est révélé qu’au moins 22 des enfants ont été abattus par les forces de sécurité du régime qui tiraient à balles réelles sur les manifestants non armés. Le régime a tué 22 garçons, âgés de 12 à 17 ans, et une fille qui semble avoir entre 8 et 12 ans.

Le directeur de la recherche et du plaidoyer d’Amnesty pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Philip Luther, a déclaré: «Ces derniers mois, une image de plus en plus horrible a émergé de la manière dont les forces de sécurité iraniennes ont utilisé illégalement la force meurtrière pour écraser les manifestations nationales de l’année dernière. Cependant, il est toujours dévastateur d’apprendre que le nombre d’enfants qui ont été victimes de cette brutalité est si choquant. »

Il a appelé à « une enquête indépendante et impartiale» du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur ces meurtres et tous les meurtres de manifestants pendant le soulèvement, ainsi qu’à des procès équitables pour les détenus.

Les preuves d’Amnesty concernant ce crime horrible proviennent de vidéos, de photos, de certificats de décès, de témoignages oculaires, d’interviews de familles et d’informations de militants locaux des droits humains et de journalistes. De cela, l’ONG a appris que:

  • dans 10 cas, les enfants ont été tués d’une balle dans la tête ou la poitrine, ce qui suggère que les forces de sécurité tiraient pour tuer
  • dans deux cas, les enfants sont morts d’un traumatisme massif, notamment «un cerveau écrasé», «un crâne brisé» et «un cœur et un poumon percés»
  • dans un cas, il y a des rapports contradictoires concernant la cause du décès, l’un suggérant des blessures à la tête mortelles causées par les forces de sécurité frappant
  • l’enfant et l’autre disant que la victime avait été tuée par des boulets métalliques tirés sur le visage à une distance proche
    Parmi ces décès, survenus dans 13 villes de six provinces, 12 sont survenus le 16 novembre, huit le 17 novembre et trois le 18 novembre.

Philip Luther a également déclaré: « Le fait que la grande majorité des décès d’enfants aient eu lieu en seulement deux jours est une preuve supplémentaire que les forces de sécurité iraniennes ont mené une série de tueries pour étouffer la dissidence à tout prix. »

Les familles des victimes font l’objet de harcèlement et d’intimidation de la part du régime pour les empêcher de s’exprimer, ce qui, outre les enterrements rapides et les funérailles discrètes, est la preuve de la dissimulation du régime.

Luther a déclaré: « Comme si la perte de leurs proches n’était pas une expérience suffisamment cruelle pour être supportée, les familles des enfants tués pendant les manifestations sont confrontées à une campagne de harcèlement impitoyable pour les intimider de s’exprimer. »

Les protestations ont commencé le 15 novembre contre le triplement du prix du carburant et sont rapidement devenues des appels pour un changement de régime. Selon l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (ompi), plus de 1500 manifestants ont été tués, de sorte que le nombre d’enfants tués est beaucoup plus élevé que 23. Les rapports de l’OMPI obtenus des prisons iraniennes confirment également les tortures par le régime, y compris le harcèlement sexuel contre des adolescents dans les prisons.

Source : NCRIRAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *