Interview du New Yorker : l’ancien directeur de la sécurité nationale déclare que la 5G est « terrifiante pour la santé mais aussi pour votre sécurité »

Le New Yorker a publié un article hier : « Le potentiel terrifiant du réseau 5G. »

En 2018, Robert Spalding, en tant que directeur principal de la planification stratégique au Conseil de sécurité nationale, a notamment étudié les moyens de s’assurer que la 5G puisse être protégée des cyberattaques. Il semblait plus que qualifié pour ce travail. Dans son interview avec The New Yorker, il fournit des détails complexes sur les raisons pour lesquelles nous devrions tous flipper à propos de la 5G, peu importe qui l’installe. Ses mises en garde vont également au-delà des risques liés à la cybersécurité :

« Ce qui est essentiel à la démocratie, c’est de permettre aux régimes totalitaires – ou à tout gouvernement – d’avoir une connaissance approfondie de tout ce que vous faites à tout moment, a-t-il dit. « Parce que la tendance sera toujours de vouloir réguler votre façon de penser, d’agir, de faire. »

Plus de Spalding :

« Je n’envisageais pas la question du point de vue des politiques, a-t-il dit. « C’était à propos de la physique, de ce qui était possible. »

Même avant l’introduction des réseaux 5G, les pirates informatiques ont violé le centre de contrôle d’un système de barrage municipal, arrêté une voiture connectée à Internet alors qu’elle roulait sur une autoroute et saboté des appareils ménagers. Les logiciels de rançon, les logiciels malveillants, le piratage de cryptographie, le vol d’identité et les atteintes à la protection des données sont devenus si courants que plus d’Américains ont peur de la cybercriminalité qu’ils n’en sont victimes d’un crime violent.

Uh-huh. Cela a déjà été signalé à maintes reprises par de nombreuses sources.

L’ajout d’autres appareils à l’univers en ligne est destiné à créer plus d’occasions de perturbation. « Le 5G n’est pas seulement pour les réfrigérateurs, » dit Spalding. « Ce sont des outils agricoles, des avions, toutes sortes de choses différentes qui peuvent tuer des gens ou qui permettent à quelqu’un d’accéder au réseau et de diriger ces choses pour faire ce qu’il veut. C’est une menace complètement différente que nous n’avons jamais connue auparavant. »

La « Course pour 5G » est donc pour « toutes sortes de choses différentes qui peuvent tuer des gens » et Spalding n’est pas le seul à le dire. Fabuleux.

« C’était censé être un réseau national, m’a dit Spalding, pas un réseau nationalisé. « Ils pourraient construire ce réseau et vendre de la bande passante à leurs clients détaillants. C’était une idée, mais il n’a jamais été question que le gouvernement soit propriétaire du réseau. « Comment faire pour que l’industrie sécurise le système ? »

De nombreux autres articles et au moins un livre ont été écrits sur la façon dont le gouvernement américain et les régulateurs des télécommunications semblent n’avoir aucun droit de demander à l’industrie des télécommunications de faire beaucoup de choses. Bruce Kushnick, expert en télécommunications, a beaucoup écrit à ce sujet.

Avant même que M. Spalding ne commence à travailler sur son rapport, les sociétés de télécommunications déployaient ce qu’elles appelaient leurs nouveaux services 5G dans des marchés tests partout au pays.

Activist Post a déjà fait état de déploiements 5G. Beaucoup d’Américains se sont battus contre cela dans leurs communautés. (Voir aussi 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10)

L’été dernier, les New-Yorkais ont déclaré être tombés malades après l’installation du 5G. Leurs animaux de compagnie étaient malades aussi. Certains mettaient leur maison en vente. L’année dernière, le premier procès 5G a été gagné en Angleterre, mais pas après son installation, des gens sont tombés malades et certaines femmes ont accouché de bébés mort-nés.

Comme me l’a dit Thomas Hazlett, professeur à l’université de Clemson : « Ce n’est que la partie transitionnelle. Vous avez diverses expériences, vous faites des essais sur le marché, et divers déploiements ont lieu qui ouvrent la voie à quelque chose qui se distinguera vraiment des anciens systèmes. »

On dirait que le professeur Hazlett dit que les entreprises de télécommunications sont autorisées à faire diverses expériences sur le peuple américain, quels que soient les risques. Malheureusement, les expériences sur le peuple américain ne sont pas nouvelles et les excuses semblent toujours trop peu, trop tard.

Pendant ce temps, les porte-avions se sont mis en position. Un procès intenté par Sprint et T-Mobile, qui a été réglé lundi, a fait valoir que le service 5GE d’A.T. & T., où « E » signifie « évolution », n’était que 4G sous un autre nom.

Juste une partie de l’expérience….

Spalding décrit un comportement plus avide de la part du président de la Telecom Industry and Federal Communications Commission (FCC), Ajit Pai, qui semble avoir conduit Spalding à se faire virer de son poste. La « Course pour 5G » s’est ensuite poursuivie sans ses interférences.

Huawei, un fabricant chinois, est actuellement le leader mondial de la technologie 5G et a été accusé par de nombreuses sources d’être un intermédiaire vers les services secrets chinois.

Dans une tribune du Washington Post, les sénateurs républicains Tom Cotton, de l’Arkansas, et John Cornyn, du Texas, ont qualifié l’entreprise, financée par des subventions du gouvernement chinois, de cheval de Troie qui pourrait « donner à la Chine le contrôle effectif des hauteurs du numérique ».

Le Times of London a rapporté que la C.I.A. a la preuve que Huawei a pris de l’argent au P.L.A., ainsi qu’aux branches du service de renseignement chinois. L’Australie, le Japon et la Nouvelle-Zélande se sont joints aux États-Unis pour interdire le matériel Huawei de leurs réseaux. Jusqu’à présent, cependant, la campagne de l’administration Trump pour exclure Huawei trouve une traction limitée.

Tu flippes déjà ?

L’équipement Huawei est moins cher que ses concurrents occidentaux et, selon les chercheurs du Defensive Innovation Board (DIB), qui conseille le secrétaire à la Défense sur les nouvelles technologies, il est dans de nombreux cas, supérieur.

Je me sens mal. Quoi qu’il en soit, l’interdiction de Huawei ne sécurisera pas les réseaux de toute façon.

Même en l’absence d’équipement Huawei, les systèmes peuvent toujours s’appuyer sur des logiciels développés en Chine, et les logiciels peuvent être reprogrammés à distance par des acteurs malveillants. Et chaque appareil connecté à la cinquième génération d’Internet restera probablement vulnérable au piratage informatique.

Le président de FAC, Ajit Pai, a récemment annoncé que la commission empêcherait une autre société chinoise, China Telecom, d’exercer ses activités aux États-Unis pour des raisons de sécurité. Malgré cela, la « Race for 5G » est toujours d’actualité malgré le fait qu’elle « peut réellement tuer des gens ». C’est parce que la FCC (voir 1, 2, 3, 4, 5, 6) et apparemment même Trump sont toujours déterminés à gagner cette course folle même si la FCC fait l’objet d’une enquête pour collusion avec l’industrie des télécommunications et des poursuites ont également été intentées contre eux concernant les installations 5G forcé (voir 1, 2)

En octobre, Trump a signé un mémorandum sur l’élaboration d’une stratégie du spectre durable pour l’avenir de l’Amérique. Quelques semaines plus tard, la F.C.C.C. a mis aux enchères de nouvelles bandes du spectre électromagnétique. (Il y a eu une autre vente aux enchères le mois dernier, et d’autres sont prévues plus tard cette année.) L’ouverture de nouvelles fréquences est cruciale pour atteindre les vitesses ultra-rapides promises par la 5G.

Le New Yorker mentionne enfin l’opposition mondiale due aux risques sanitaires de la 5G.

Le déploiement de millions de relais sans fil si proches les uns des autres et, par conséquent, de notre corps, a suscité ses propres préoccupations. Il y a deux ans, cent quatre-vingts scientifiques et médecins de trente-six pays ont fait appel à l’Union européenne pour un moratoire sur l’adoption de la 5G jusqu’à ce que les effets de l’augmentation prévue des faibles niveaux de rayonnement soient étudiés. En février, le sénateur Richard Blumenthal, un démocrate du Connecticut, a reproché à la F.C.C. et à la F.D.A. d’avoir fait avancer la 5G sans évaluer ses risques pour la santé. « Nous volons à l’aveuglette ici », a-t-il conclu.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : ACTIVISTPOST

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS