Il viole son ex-belle-fille de 11 ans trois jours après le décès de sa maman et obtient un sursis -

Il viole son ex-belle-fille de 11 ans trois jours après le décès de sa maman et obtient un sursis

L’homme âgé de 51 ans était poursuivi pour viols et attentats à la pudeur sur son ex-belle-fille âgée de 11 ans, et pour la détention d’images pédopornographiques.

Man’s hand holding a woman hand for rape and sexual abuse concept, Wound domestic violence rape, concept photo of sexual assault, International Women’s Day

Le prévenu était en aveux des faits, expliquant « avoir eu une attirance envers la gamine à cause de la ressemblance avec sa maman. » Le ministère public avait requis une peine de 5 ans de prison, dont trois ans ferme, contre T.T.

En avril 2018, la mère de la victime est décédée des suites d’une maladie. T.T., séparé depuis plusieurs mois de la défunte, avait pris en charge la jeune mineure, 11 ans, à son domicile juste après le décès. Trois jours seulement après la mort de son ex-compagne, le prévenu s’en prenait à la mineure, en la violant et la tripotant. Il insistait également auprès de l’enfant en lui envoyant plusieurs SMS pour avoir une relation sexuelle.

Le comportement déviant du prévenu prenait fin en novembre 2019, lorsque la compagne du père de la victime découvrait plusieurs messages sans équivoque envoyés par T.T. sur le GSM de la mineure. Face au tribunal, le violeur avait exprimé ses regrets. « Je regrette et je m’excuse pour les faits commis. » Ce dernier avait également précisé être tombé amoureux de la mineure. « On s’est rapproché très fort. Petit à petit, j’ai développé des sentiments envers la gamine, car elle ressemble fortement à sa maman », avait affirmé le quinquagénaire.

La substitute Dutrifoy avait souhaité sanctionner les faits avec une peine de prison ferme. Une peine de 5 ans de prison, dont trois ans ferme, était requise. Le ministère public insistait sur l’urgence de soigner le comportement déviant de T.T.  Face à l’incontestable, Me Ricardo Bruno avait plaidé un sursis probatoire, espérant récupérer son client. « Le plus important c’est de savoir si mon client est récupérable et qu’il n’est pas trop tard pour le soigner”.

Source : 7SUR7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS