Gérald Darmanin remplacera-t-il bientôt Jean Castex au poste de 1er ministre? -

Gérald Darmanin remplacera-t-il bientôt Jean Castex au poste de 1er ministre?

Le président de la République pourrait être tenté de de remanier son gouvernement à l’issue des élections régionales. Serait-il tant de dire au revoir à Jean Castex ?

Il sera « toujours là où l’on a besoin de lui ». S’il se défend bien évidemment de briguer quoique ce soit, ce ministre fait pourtant partie de ceux à qui l’on prête le plus d’ambitions politiques… et surtout nationales. D’aucuns, d’ailleurs, ne s’étonneraient guère, de bientôt le retrouver à Matignon. A la place même qu’occupe aujourd’hui Jean Castex et qui, jadis était réservée à des personnalités telles qu’Edouard Philippe, Bernard Cazeneuve, Manuel Valls, Jean-Marc Ayrault ou François Fillon.

Mais pourquoi, avant toute chose, se séparer de l’ancien maire de Prades ? Son travail, en tant que démineur de la crise sanitaire, n’est-il pas reconnu par l’Elysée ? La question n’est pas véritablement là, soutient Le Figaro. La seule qui compte, indiquent nos confrères, c’est celle des régionales et de l’épreuve que ces dernières pourraient représenter. Pour ne pas trébucher aux présidentielles, indépendamment de la qualité supposée ou non de Jean Castex, il pourrait être utile, dans certains cas précis, de l’abandonner à son propre sort politique. 

Le remaniement : l’autre outil d’Emmanuel Macron pour ne pas (trop) souffrir en cas de déroute électorale ?

Quiconque, au sommet de l’Etat, appréhende une défaite électorale – ou veut s’en prémunir – peut être tenté de retrouver un peu d’oxygène. C’est en partie ce qui avait poussé Emmanuel Macron à se défaire d’Edouard Philippe : il cherchait alors à trouver une « bonne respiration » de mi-mandat.

D’autant plus que Jean Castex présente peu à peu  ses limites : il peine à incarner autre chose que la France du coronavirus Covid-19. Or, c’est précisément pour cela que le chef de l’Etat l’avait nommé, initialement : il devait aider à tourner la page du virus, à l’été 2020.  Manque de chance, observeront peut-être certains, la crise sanitaire a déjoué ces plans. Mais qui pourrait alors le remplacer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *