Flash : Castaner recadré par le procureur de la république

C’est ce qu’on appelle un recadrage en bonne et due forme. Mardi 28 mai, Rémy Heitz, procureur de la République de Paris a rappelé qu’il était « le seul » autorisé à rendre publics des éléments couverts par le secret de l’enquête, selon un communiqué du parquet. 

Le procureur de Paris, dont la section antiterroriste s’est saisie de l’affaire, « rappelle que l’enquête (…) est couverte par le secret et qu’en application de l’article 11 du code de procédure pénale, il est le seul à pouvoir rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure ne comportant aucune appréciation sur le bien-fondé des charges retenues contre les personnes mises en cause« , indique précisément son communiqué. 

Une déclaration qui faisait référence aux propos tenus un peu plus tôt par Christophe Castaner, dans l’affaire du colis piégé à Lyon. « L’enquête se poursuit, avec des éléments suffisamment caractéristiques pour que, à l’heure où je vous parle, je n’ai pas de doute sur le fait nous avons actuellement en détention le responsable de cet acte qui aurait pu tuer », avait en effet déclaré le ministre de l’Intérieur à propos du suspect placé en garde à vue la veille. 

« En fonction des éléments qui me sont remontés (…) je suis intimement convaincu qu’il est l’auteur. Je dis cela non pas pour dévoiler quoi que ce soit de l’enquête mais pour rassurer les Lyonnais et les Français. Celui qui est présumé responsable est en garde à vue », avait-il ajouté.

Collomb également rappelé à l’ordre

Ce recadrage à peine voilé du ministre, accompagné d’un rappel implicite au principe de la présomption d’innocence, vise également les commentaires du maire de Lyon, Gérard Collomb, qui avait notamment annoncé en direct lundi sur BFMTV une nouvelle arrestation.

 « Les policiers viennent de procéder à l’interpellation d’un second individu mais je n’ai pas plus d’information en ce moment », avait déclaré l’ancien ministre de l’Intérieur.

Dans le même temps, et comme l’a repéré Le Parisien, le maire de Lyon a également été rappelé à l’ordre par le porte-parole du ministère de la Justice. »Donc dorénavant le maire d’une ville peut faire le point sur une enquête criminelle en cours, donner les avancées et le résultat des investigations dans les médias. Il faut qu’on pense à préciser dans le Code de procédure pénale que le maire dirige la police et fait la com« , a ironisé Youssef Badr sur Twitter. 

Il faisait là référence l’interview donnée par l’édile sur franceinfo quelques minutes plus tôt, où ce dernier donnait des éléments (connus) sur l’interpellation de Mohamed Hichem M, un Algérien de 24 ans soupçonné d’être la personne qui a déposé le colis à proximité d’une croissanterie du centre-ville de Lyon. 

Source : RTL

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS