FaceApp a maintenant accès à plus de 150 millions de visages avec les noms des personnes et toute une base de données

Avant de télécharger une application ou un PDF, lisez-vous les Termes et Conditions ? Si ce n’est pas le cas, il se peut que vous vous inscriviez involontairement pour des problèmes, comme l’ont fait des millions d’utilisateurs après avoir accepté les conditions d’utilisation de FaceApp. L’application virale permet aux gens de changer les expressions faciales, l’apparence et l’âge. Mais en échange, l’entreprise possède tous les droits sur les images.

Depuis son lancement, plus de 100 millions de personnes ont téléchargé FaceApp de Google Play. En fait, l’application est maintenant l’application la mieux classée sur l’iOS App Store dans 121 pays, selon l’App Annie.

Sur la base des Conditions d’utilisation, les personnes possèdent toujours leur propre « contenu utilisateur » (lire : leur visage). Mais FaceApp possède également une licence illimitée et irrévocable, libre de droits, qui lui permet de faire tout ce qu’elle veut avec la photographie. Même devant qui ils veulent.

La condition est la suivante :

Vous accordez à FaceApp une licence perpétuelle, irrévocable, non exclusive, sans redevance, mondiale, entièrement payée, transférable, transférable et sous-licenciable pour utiliser, reproduire, modifier, adapter, publier, traduire, créer des travaux dérivés, distribuer, exécuter publiquement et afficher votre contenu utilisateur et tout nom, pseudo ou image fournis en rapport avec votre contenu utilisateur dans tous les formats et canaux média connus ou développés ultérieurement, sans compensation à vous. Lorsque vous affichez ou partagez du Contenu Utilisateur sur ou via nos Services, vous comprenez que votre Contenu Utilisateur et toute information associée (telle que votre[nom d’utilisateur], emplacement ou photo de profil) seront visibles par le public.

Vendre votre visage n’est pas susceptible d’avoir des répercussions sur votre vie. Cependant, comme l’a dit Peter Kostadinov de PhoneArena : « Vous pourriez finir sur un panneau d’affichage quelque part à Moscou, mais votre visage finira très probablement par entraîner un algorithme de reconnaissance faciale de l’IA ».

FaceApp n’est pas la seule société à collecter les données des utilisateurs. Facebook fait de même depuis des années. Par conséquent, nous savons maintenant que les données recueillies sont rarement utilisées à des fins présumées. De plus, ces données ne sont pas toujours stockées de façon sécuritaire, ce qui peut rendre l’individu moyen vulnérable aux pirates informatiques et au vol d’identité.

Apple est tout aussi coupable de recueillir des informations. Rapports Forbes :

Une fois que quelque chose est téléchargé dans le nuage, vous avez perdu le contrôle si vous avez ou non donné une licence légale à votre contenu. C’est l’une des raisons pour lesquelles Apple fait la plupart de son travail d’IA sur l’appareil.

La leçon ici est qu’il est judicieux de se méfier lorsqu’une application veut accéder à votre contenu numérique et obtenir une licence pour l’identifier. Comme l’a expliqué l’ancien manager de Rackspace, Rob La Gesse :

Pour que FaceApp fonctionne réellement, vous devez lui donner les droits d’accès à vos photos – TOUTES. Mais il a aussi accès à Siri et à Search …… Oh, et il a accès au rafraîchissement en arrière-plan – donc même lorsque vous ne l’utilisez pas, il vous utilise.

Traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source : ACTIVISTPOST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS