Diffusion d’un viol collectif sur une mineure d’âge sur Snapchat : sept jeunes interpellés!

Sept jeunes personnes ont été interpellées après la diffusion d’un viol collectif sur une mineure d’âge sur le réseau social Snapchat. Les faits se sont déroulés à Chaudfontaine.

Diffusion d’un viol collectif sur une mineure d’âge sur Snapchat à Chaudfontaine: sept jeunes interpellés!

Isopix

Les vidéos d’un crime, le crime de viol, ont été diffusées sur les réseaux sociaux auprès d’un certain nombre de jeunes Liégeois, notamment du côté des écoles de Droixhe et Saint-Léonard. Les images ont vraisemblablement été envoyées par un des violeurs présents, et ce à des copains. Ces derniers les ont partagées sur le réseau social Snapchat, puis elles ont été diffusées à échelle plus large sur le compte d’un jeune qui souhaitait « faire le buzz » en annonçant des images « interdites aux moins de 18 ans ».

On y voit une adolescente liégeoise (elle a 15 ou 16 ans, nous a-t-on confirmé) complètement inerte, sans nul doute sous GHB. Elle est dénudée, et ses agresseurs (photos) l’ont déposée sur un matelas ou un divan. Elle semble comme sous anesthésie, et pour qu’elle reste dans la même position, afin de pouvoir abuser d’elle sans difficulté, ses agresseurs ont placé des coussins sous son bassin.

Les vidéos ont donc tourné sur les réseaux, mais il ne s’agirait que de très courts extraits de plusieurs heures de viol, intégralement filmées par leurs auteurs.

Les enquêteurs n’ont pas traîné : les extraits de vidéos avaient été diffusés au tout début de ce mois, et les interpellations « ont toutes eu lieu durant la semaine qui vient de se terminer », confirme Catherine Collignon, porte-parole du parquet de Liège. Il y a au total sept auteurs présumés  : « Deux sont des personnes majeures, qui ont été privées de liberté, et cinq sont des mineurs qui ont tous été envoyés en IPPJ », précise Catherine Collignon. Les adultes risquent gros car vu l’état de la jeune femme, impossible pour eux de faire croire qu’il y ait eu consentement. Ils devront sans doute aussi répondre de son empoisonnement. Ceux qui ont partagé ces vidéos risquent aussi de se retrouver en justice.

Source : SUDINFO.BE

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS