Des soldats de l'ONU déployés en Haïti ont violé puis mis enceinte des centaines de filles de 11 ans à peine -

Des soldats de l’ONU déployés en Haïti ont violé puis mis enceinte des centaines de filles de 11 ans à peine

En théorie, les Nations Unies étaient une excellente idée.

Descendant de la « Société des Nations », qui a échoué, l’ONU a été formée sur les cendres de la première guerre mondiale, comme, selon la chaîne Histoire, « une nouvelle organisation mondiale pour maintenir la paix et éviter les abus de la guerre ».

Et encore une fois, en théorie, la mission principale de l’ONU – prévenir la conflagration mondiale – était noble, juste et idéaliste.

Probablement trop idéaliste.

Aujourd’hui, l’organisation est beaucoup plus grande et s’occupe de beaucoup d’autres choses que la prévention et la résolution des conflits, mais elle n’est pas très bonne dans aucune de ses missions, en particulier la prévention des conflits.

Bien que l’ONU serve toujours de forum neutre pour les nations afin de résoudre leurs différends par la diplomatie, il est rare que l’organisme mondial prévienne réellement les conflits. Même dans les cas où des  » gardiens de la paix  » de l’ONU sont déployés.

Mais au-delà de cela, l’institution a d’autres problèmes opérationnels, comme l’incapacité de contrôler le personnel déployé sous son couvert.

Ce fut le cas en Haïti, ravagée par les intempéries, qui a accueilli des dizaines de casques bleus qui ont fait plus de mal que de bien.

Une nouvelle étude affirme que les soldats de la paix déployés dans la région des Caraïbes ont engendré des centaines d’enfants avant de les abandonner à leurs jeunes mères et de les condamner à une pauvreté extrême.

Reportage de Breitbart News :

L’étude sur la plus longue mission de maintien de la paix de l’ONU a révélé que des filles de 11 ans seulement échangeaient des faveurs sexuelles contre de la nourriture ou  » quelques pièces de monnaie  » dans ce pays des Caraïbes afin de pouvoir survivre au milieu des troubles politiques et des conséquences du tremblement de terre de 2010.

Après avoir été victimes d’abus sexuels et fécondées, elles ont été  » laissées dans la misère  » pour élever seules leurs enfants.

Le London Times a ajouté que des chercheurs de l’Université de Birmingham et de l’Université de l’Ontario ont parlé à 2 500 Haïtiens pour connaître leur expérience de la Mission de stabilisation de l’ONU dans ce pays (Minustah).
Ce n’est pas le premier cas d’inconduite sexuelle de la part de soldats de la paix de l’ONU.

Plus de 10 pour cent des personnes interrogées, soit 265 personnes, ont décrit des cas où les soldats de la paix de l’ONU ont eu des enfants et ont ensuite quitté le pays pour ne jamais revenir.

Le Times a rapporté qu’un thème commun découvert par les chercheurs était que de tels cas impliquaient des rapports sexuels transactionnels – les troupes de maintien de la paix de l’ONU payaient une jeune femme haïtienne un très petit montant pour des rapports sexuels, puis partaient après avoir engendré un bébé.

Et dans une poignée de cas, selon le rapport, qui a été initialement publié dans The Conversation, les enfants ont été conçus à la suite d’un viol.

L’opération Minustah s’est déroulée de 2004 à 2017 et a été créée à l’origine pour faire face à l’instabilité politique et au crime organisé. Mais son mandat a été élargi à la suite d’un tremblement de terre en 2010 et d’un ouragan en 2016.

Un porte-parole des opérations de maintien de la paix de l’ONU a déclaré au Times que ces missions dans le monde entier  » progressent régulièrement et ont mis en place de nombreuses mesures pour mettre fin à ces abus et les prévenir  » mais qu’il  » reste encore beaucoup à faire « .

Le Times avait déjà dénoncé l’exploitation sexuelle des soldats de la paix de l’ONU, qui a été couverte par le groupe Oxfam, à la suite du tremblement de terre.

Ce n’est certainement pas le seul cas d’abus sexuel commis par les troupes de maintien de la paix de l’ONU.

Le rapport conclut : L’ONU emploie 3 300 pédophiles, responsables de 60 000 viols au cours des 10 dernières années

En 2017, Nikki Haley, alors ambassadrice des États-Unis à l’ONU, a poussé tous les pays qui fournissent des forces aux missions de maintien de la paix de l’ONU à tenir leurs troupes responsables des abus et de l’exploitation sexuels.

Son appel faisait suite à une enquête sur un réseau pédophile en Haïti impliquant des soldats de maintien de la paix du Sri Lanka.

Elle a averti que  » les pays qui refusent de tenir leurs soldats responsables doivent reconnaître que cela doit cesser, sinon leurs troupes rentreront chez elles et leur compensation financière prendra fin « .

L’année dernière, le Guardian, basé au Royaume-Uni, a publié un rapport affirmant que  » les Nations Unies ont permis au harcèlement et aux agressions sexuelles de prospérer dans leurs bureaux du monde entier, les accusateurs étant ignorés et les auteurs libres d’agir en toute impunité « .

Traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source : By JD Heyes, Guest writer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *