Des scientifiques infectent des singes pour la recherche d’un remède contre le coronavirus

Les singes qui ont participé à l’expérience ont été euthanasiés peu après la fin de l’étude.

Alors que de nombreuses personnes dans le monde entier viennent de se familiariser avec le terme « coronavirus », il s’agit d’une classification qui décrit un certain nombre de maladies différentes dont la gravité va du simple rhume au nouveau coronavirus COVID-19 récemment découvert qui a fait la une des journaux internationaux au cours du mois dernier.

Les chercheurs du monde entier adoptent différentes approches pour mettre au point un éventuel remède ou vaccin contre cette maladie qui continue à se propager rapidement sur la planète.

Une approche controversée adoptée par les scientifiques des National Institutes of Health (NIH) américains a été détaillée dans une étude publiée au début du mois dans la revue PNAS.

Dans cette étude, 18 singes macaques rhésus ont été intentionnellement infectés par le coronavirus MERS-CoV, également connu sous le nom de syndrome respiratoire du Moyen-Orient. Le MERS est l’une des souches de coronavirus les plus mortelles, et a été connu pour provoquer des pneumonies, de la fièvre et même des défaillances d’organes. Toutefois, la transmission d’homme à homme est beaucoup moins fréquente avec la souche MERS qu’avec la nouvelle souche COVID-19, et elle est donc beaucoup moins contagieuse.

Les chercheurs ont traité les singes infectés avec un vaccin expérimental appelé remdesivir, qui s’est révélé efficace pour de multiples souches de coronavirus différentes.

Les chercheurs ont découvert que le médicament expérimental était également efficace pour traiter les singes de leur étude qui étaient infectés par le MERS. Cela a conduit l’équipe à conclure que ce médicament pourrait être efficace pour traiter la nouvelle souche de coronavirus COVID-19.

La conclusion de l’étude est la suivante : « Prises ensemble, les données présentées ici sur l’efficacité du remdésivir dans les régimes de traitement prophylactique et thérapeutique, la difficulté des coronavirus à acquérir une résistance au remdésivir et la disponibilité de données sur la sécurité humaine justifient de tester l’efficacité du traitement au remdésivir dans le contexte d’un essai clinique MERS. Nos résultats, ainsi que l’inhibition de la réplication par le remdésivir d’un large éventail de coronavirus in vitro et in vivo, pourraient indiquer l’utilité du remdésivir contre le nouveau coronavirus 2019-nCoV qui émerge de Wuhan, en Chine ».

Les singes qui ont participé à l’expérience ont été euthanasiés peu après la fin de l’étude.

Traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found

Source : THEMINDUNLEASHED

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS