Des responsables russes condamnent le Pentagone pour un exercice de simulation d'attaque nucléaire contre la Russie -

Des responsables russes condamnent le Pentagone pour un exercice de simulation d’attaque nucléaire contre la Russie

Le Pentagone a organisé un « mini-exercice » dans lequel il a répondu à la Russie après qu’elle ait lâché une bombe nucléaire à faible rendement sur un membre européen de l’OTAN.

Le secrétaire américain à la défense, Mark Esper, a joué lui-même dans l’exercice au QG du commandement stratégique américain au Nebraska, jeudi.

L’exercice mettait en scène le scénario des États-Unis qui bombardent la Russie en réponse à leur propre frappe nucléaire contre un « allié de l’OTAN ».

Reportages de Spoutnik : L’exercice a fait suite à une récente audition de la commission des services armés de la Chambre des représentants, au cours de laquelle un haut fonctionnaire du Pentagone a déclaré que les États-Unis avaient besoin d’un plan pour pouvoir « combattre et gagner » des guerres dans un environnement contaminé par le nucléaire.

Les législateurs russes ont réagi au scénario fantastique du Pentagone impliquant les prétendus plans de la Russie d’utiliser des armes nucléaires à faible rendement sur le champ de bataille, qualifiant l’exercice de scandaleux et proposant différentes manières dont Moscou peut réagir.

Le sénateur Sergei Tsekov a qualifié les organisateurs de l’exercice de « malades », déclarant à un journal économique russe qu’il était « très surpris, franchement, qu’ils fassent cela, et qu’ils en parlent ouvertement ». D’un autre côté, étant donné la situation actuelle et les actions actuelles [de l’administration américaine], pourquoi serions-nous surpris », a-t-il ajouté.

Vendredi, un fonctionnaire du Pentagone a déclaré aux journalistes que le secrétaire à la défense Mark Esper avait participé à un exercice pour préparer la réaction des États-Unis à une attaque nucléaire russe limitée en Europe, en disant que l’exercice comprenait « l’examen de la conversation que vous auriez avec le secrétaire à la défense puis avec le président pour décider de la réponse à donner ».
Tactiques d’intimidation

Alexander Sherin, le chef adjoint de la commission de la défense de la Douma, a suggéré que l’exercice américain avait deux objectifs principaux.

« Le premier est d’habituer les gens à un scénario aussi incroyable pour résoudre un conflit qu’un échange nucléaire entre la Russie et le bloc de l’OTAN. Le second objectif est d’essayer d’intimider la population européenne pour justifier la présence continue de bases américaines dans les pays européens « en tant que garants de la sécurité et défenseurs » en cas d’attaque nucléaire russe », a expliqué Mme Sherin, s’adressant à la station de radio russe NSN.

Il a toutefois souligné que, selon la doctrine militaire russe, Moscou se réserve le droit d’utiliser des armes nucléaires uniquement dans le cas où une agression conventionnelle ou autre mettrait en danger l’intégrité de l’État lui-même. Le législateur a en outre souligné qu’il serait absurde pour la Russie d’attaquer des pays européens avec des armes nucléaires car les retombées affecteraient la Russie elle-même. Selon Sherin, la principale raison pour laquelle les États-Unis peuvent parler avec autant de nonchalance de l’utilisation d’armes nucléaires est que, contrairement à l’Europe, leur pays n’a jamais été soumis à une frappe militaire sérieuse dans l’histoire moderne.

Traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *