Des millions de personnes seront infectées par des virus mortels si les températures continuent d’augmenter selon une étude

Selon une étude récente du Georgetown University Medical Center, si les températures mondiales continuent d’augmenter, jusqu’à un milliard de personnes pourraient être exposées à des maladies qui sont souvent transmises par des moustiques qui ne peuvent actuellement survivre que dans des climats plus chauds. Cela comprend des maladies comme la dengue, le chikungunya et le virus Zika.

Résultat de recherche d'images pour "A Billion People To Be Infected With Deadly Viruses As Temperatures Rise – Study"

L’étude a été publiée dans la revue à libre accès PLOS Neglected Tropical Diseases et intitulée « Global expansion and redistribution of Aedes-borne virus transmission risk with climate change ».

L’objectif global de l’étude était de suivre les deux moustiques porteurs de la maladie les plus courants, l’Aedes aegypti et l’Aedes albopictus, afin de déterminer si les moustiques se déplaçaient en fonction des changements de température et s’étendaient jusqu’à des endroits où les régions deviennent plus chaudes.

Le biologiste Colin J. Carlson, de l’Université de Georgetown, l’un des chercheurs principaux de l’étude, affirme que lorsqu’une éclosion se produit, elle peut se déplacer beaucoup plus loin que les régions chaudes où vivent les moustiques.

« Le changement climatique est la menace la plus importante et la plus complète pour la sécurité sanitaire mondiale. Les moustiques ne sont qu’une partie du défi, mais après l’épidémie de Zika au Brésil en 2015, nous sommes particulièrement inquiets de la suite des événements « , a déclaré M. Carlson.

Malgré leur petite taille, les moustiques sont en fait considérés comme l’un des animaux les plus mortels au monde par l’Organisation mondiale de la santé. Les maladies causées par ces insectes volants tuent des millions de personnes chaque année à cause de diverses maladies.

Les moustiques font partie de la vie quotidienne des gens qui vivent sous les tropiques, mais comme les températures autour de la terre continuent de se réchauffer, les experts disent que leur portée va s’étendre.

Sadie J. Ryan, de l’Université de Floride, est l’une des autres chercheuses principales de l’étude, et elle affirme que cela donnera plus d’agents pathogènes à disséminer chez les humains, augmentant ainsi le risque d’infection.

« Ces maladies, que nous considérons comme strictement tropicales, sont déjà apparues dans des régions au climat favorable, comme la Floride, parce que les humains sont très doués pour déplacer les insectes et leurs agents pathogènes autour du globe « , explique Ryan.

M. Carlson a déclaré que les taux d’infection des maladies tropicales pourraient augmenter considérablement dans des régions comme l’Europe et l’Amérique du Nord.

« Le risque de transmission de maladies est un problème grave, même au cours des prochaines décennies. Des endroits comme l’Europe, l’Amérique du Nord et les hautes montagnes des tropiques, qui étaient trop froides pour les virus, seront confrontés à de nouvelles maladies comme la dengue « , a dit M. Carlson.

« Comprendre les déplacements géographiques des risques met vraiment les choses en perspective. Même si les chiffres changent et que nous pensons avoir la réponse, imaginez un monde trop chaud pour ces moustiques « , dit M. Ryan.
« Cela peut sembler être une bonne nouvelle, un mauvais scénario, mais ce n’est qu’une mauvaise nouvelle si nous nous retrouvons dans les pires délais pour le changement climatique « , dit M. Carlson. « Tout scénario dans lequel une région devient trop chaude pour transmettre la dengue est un scénario dans lequel nous avons aussi des menaces différentes mais tout aussi graves dans d’autres secteurs de la santé « , a ajouté Carlson.

Dans le cadre de l’étude, l’équipe a répertorié les schémas de migration des moustiques et suivi les températures des zones où ils se déplaçaient.

« D’après ce que nous savons des déplacements des moustiques d’une région à l’autre, 50 ans, c’est beaucoup de temps, et nous nous attendons à une propagation importante des deux types d’insectes, en particulier Aedes aegypti, qui se développent en milieu urbain. Il ne s’agit que d’une étude parmi d’autres pour commencer à comprendre les défis qui s’approchent rapidement du réchauffement de la planète. Nous avons une tâche herculéenne à accomplir. Nous devons déterminer pathogène par pathogène, région par région lorsque des problèmes surgiront afin de pouvoir planifier une réponse sanitaire mondiale « , a dit M. Carlson.

Parmi les autres auteurs de l’étude, mentionnons Erin A. Mordecai de l’Université Stanford et Leah R. Johnson de la Virginia Polytechnic and State University.

Beaucoup de gens n’ont pas tenu compte de la façon dont le mouvement des animaux et des insectes changera avec les changements de température, et c’est l’une des premières études à se pencher spécifiquement sur l’évolution de cette question dans le temps. Comme les insectes porteurs de maladies et les animaux ont plus d’espace pour se déplacer, il est logique que les humains soient plus à risque d’infection, mais nous avons maintenant une preuve que c’est la situation qui commence à se développer. Bientôt, il sera plus important que jamais pour les gens du monde entier d’être à l’affût des moustiques.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : ANONEWS 

SCIENCEDAILY

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS