Déconfinement : des bracelets électroniques pour tracer les malades

Plusieurs pays ont désormais recours à des bracelets électroniques pour suivre les malades du coronavirus une fois sortis du confinement. Démarché par un leader français de l’Internet des objets, le gouvernement ne ferme pas la porte à cette éventualité.

L’exploitation des données des Français dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus suscite de nombreuses convoitises. Parallèlement au projet officiel d’application de traçage numérique des malades StopCovid, porté par les chercheurs de l’Inria et attendu au Parlement lundi, où il doit être débattu puis soumis à la consultation des députés, un certain nombre d’industriels français développent dans l’ombre des solutions alternatives et se tiennent prêts à les mettre à la disposition du gouvernement.

Très en pointe sur le sujet, en fournissant les données de géolocalisation anonymisées de ses abonnés à l’Inserm dès le début de la crise, l’opérateur historique Orange s’est associé à cinq sociétés françaises (Dassault Systèmes, Capgemini, Sopra Steria, SIA Partners et Accenture) pour concevoir une application de « contact tracing » qui fonctionne en Bluetooth, comme celle du gouvernement. Actuellement à l’état de prototype, elle serait déjà prête à être testée et plusieurs régions auraient été démarchées en ce sens.

Une autre approche est explorée par un fleuron français de l’Internet des objets. Comme son patron l’a évoqué dans un entretien au journal Les Echos, la société toulousaine Sigfox, spécialiste des réseaux télécoms bas débit, propose de tracer les contacts des personnes infectées par le coronavirus à l’aide d’un bracelet connecté indépendant du smartphone. L’entreprise a déjà réalisé un prototype et se dit prête à collaborer avec les acteurs intéressés pour aller plus loin. Des discussions ont été ouvertes avec le gouvernement sur le sujet. 

Un objet indépendant de Google et Apple

« L’idée est d’avoir un bracelet, ou un autre objet connecté, qui ne soit pas relié au smartphone et permettrait de connaître les personnes croisées par son porteur durant la journée et celles qui se sont rendues dans différents lieux », explique à RTL.fr Ludovic Le Moan, PDG de Sigfox. A travers cette démarche, l’entrepreneur veut offrir à la France une alternative au projet d’application gouvernemental, « une solution de facilité », selon lui, « qui va fournir encore plus d’informations à Apple et Google qui savent déjà tout de notre vie privée ». 

« Le but n’est pas de traquer une personne pour savoir si elle est allée à la Poste ou au supermarché mais d’aider les autorités à gérer la circulation du virus. C’est un acte de civisme, comme l’attestation de sortie. Une fois que le bracelet est enlevé, c’est fini. Alors que le téléphone restera dans notre poche après la crise », poursuit-il.

Les données échangées par les bracelets transiteraient pas le réseau « zéro G », un système de télécommunications « à l’opposée de la 5G » mis au point par Sigfox pour connecter des objets en transmettant des petits paquets de données. Présente dans 70 pays, l’entreprise assure disposer de la couverture réseau suffisante pour offrir un service efficace à l’échelle de la France et d’une grande partie de l’Europe. Mais il faudrait une intervention de l’Etat pour que les fabricants de smartphones intègrent « un bout de code » à leurs appareils pour les rendre compatibles avec son réseau.

Conscient que l’initiative peut prêter le flanc aux accusations d’opportunisme, Ludovic Le Moan précise qu’il ne s’agit pas pour Sigfox de « devenir maître des données » ou de commercialiser des bracelets électroniques. « Les données appartiendront au gouvernement ou aux autorités sanitaires. Nous ne nous occupons que de la partie réseau« . Mais il invite la France à profiter des troubles de la période actuelle pour faire du réseau bas débit « un nouveau standard commun, dont l’Europe pourrait être l’initiatrice pour dépasser les solutions américaines et chinoises qui la prennent en étau ».

« Rien n’est exclu », pour le gouvernement

Interrogé par RTL.fr, le cabinet de Cédric O, secrétaire d’Etat au Numérique, se réjouit que « Sigfox, acteur français dont le savoir-faire et la capacité d’innovation sont incontestables, propose d’engager son expertise au service du combat contre le Covid19 » mais rappelle que le projet StopCovid est la seule application développée par la France. 

Le cabinet affirme que le gouvernement a reçu plusieurs propositions d’industriels qui seront « instruites avec pour seul objectif l’efficacité et le respect du cadre exigeant » que s’impose l’exécutif, à savoir « la protection des données et des libertés, l’anonymat, le caractère temporaire, l’utilisation sur la base du volontariat et le code open source ». Selon le cabinet du ministre, « rien n’est exclu à ce stade ».

« Nous avons pleinement conscience que tout le monde ne possède pas de smartphone, des solutions alternatives sont à l’étude pour que ceux qui n’ont pas cet équipement ou ceux qui ne savent pas bien s’en servir puissent avoir accès à cet outil s’il est déployé », précise le cabinet du secrétariat d’Etat, rappelant que « l’objectif du Gouvernement est que tout citoyen qui souhaite contribuer à casser les chaines de transmission et de propagation du virus puisse le faire, librement, en toute sécurité et dans un cadre respectant sa vie privée ».

L’Italie envisage un bracelet pour les seniors

Le port du bracelet électronique est une solution digitale qui a déjà séduit plusieurs pays pour lutter contre l’épidémie et mettre en place la sortie du confinement. Depuis quelques semaines, Hong Kong et la Corée du Sud les distribuent aux voyageurs venant de l’étranger pour faire respecter la quarantaine sur leur territoire. Plus récemment, une région du nord-ouest de la Russie a conditionné la sortie de plusieurs milliers de malades de l’hôpital au port d’un bracelet au poignet. 

A dix jours de son probable déconfinement, l’Italie envisage également de rendre le port d’un bracelet électronique obligatoire pour les personnes âgées, une population à risque peu familière avec les technologies, pour optimiser l’efficacité de son application de traçage des malades.

Dans un autre registre, l’idée fait également son chemin au Liechtenstein, où une expérience va être lancée pour détecter en temps réel les nouvelles infections au Covid-19 à l’aide de bracelets biométriques, et en Belgique, où le port d’Anvers teste un ingénieux dispositif censé garantir la distanciation sociale et le suivi des contacts physiques des travailleurs. Des entreprises françaises du BTP et de la logistique auraient déjà montré un fort intérêt pour cette solution.

Source : RTL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS