De fausses infirmières arnaquent des seniors en prétendant venir leur faire passer un test Covid: “Elles avaient l’air gentilles” -

De fausses infirmières arnaquent des seniors en prétendant venir leur faire passer un test Covid: “Elles avaient l’air gentilles”

Des infirmières qui sonnent à votre porte pour vous proposer spontanément de subir un test Covid? Ne les laissez pas entrer. La police avertit contre cette nouvelle technique crapuleuse qui a déjà fait plusieurs victimes dans le Limbourg, principalement des personnes âgées. Le test est évidemment faux et le but de ces escrocs est de pénétrer dans les habitations pour voler. Johan, le fils d’une victime de 84 ans, raconte la mésaventure de sa mère sur VTM: “Elles semblaient si gentilles”. 

Le porte-à-porte n’est plus autorisé depuis le nouveau confinement et il ne faut jamais laisser entrer un inconnu chez soi sans rendez-vous préalable. La police répète souvent d’observer la plus grande prudence avec les personnes qui se présentent spontanément à votre porte, parfois même en uniforme ou en présentant une fausse carte d’un service quelconque: il s’agit souvent d’une ruse pour voler dans les maisons. Une nouvelle escroquerie de ce type a fait surface en Belgique depuis la crise sanitaire, notamment dans le Limbourg. 

“Comme c’est bien qu’on vienne me tester contre le coronavirus chez moi”, s’est naïvement dit Josette, une octogénaire habitant seule à Hasselt. Son fils raconte sa mésaventure dans Faroek, une émission de la chaîne flamande VTM qui diffuse notamment des avis de recherche. Des voleuses sont parvenues à gagner la confiance de Josette, 84 ans, en lui prétendant se rendre chez elle pour effectuer un test de dépistage du coronavirus. La vieille dame les laisse donc entrer: “Elles n’ont pas cessé de lui parler, de tout et de rien”, explique son fils. “Ma mère a laissé parler ses sentiments et elle s’est livrée à elles, car elle venait de perdre sa sœur, deux semaines plus tôt. Et ces deux filles étaient fort gentilles avec elles et lui parlaient”. Mais les jeunes femmes repartent avec leur faux écouvillon et surtout plusieurs centaines d’euros d’argent liquide et les cartes bancaires de Josette.

Aucune tenue de protection

L’argument en or des voleuses, l’objectif sanitaire, couplé à la peur du virus et la solitude des seniors ont eu raison de la vigilance de la vieille dame et de plusieurs autres personnes. Évidemment, le test qu’on leur a fait passer était faux. Les escrocs ont utilisé de simples coton-tiges et les ont introduits de longues minutes dans les cavités nasales de leurs victimes. Pendant que l’une des soi-disant infirmières posait le prétendu acte médical, l’autre avait le temps de faire le tour de l’habitation pour dérober de l’argent et de petits objets de valeur. 

Mieke, une autre victime, raconte: “Elles répétaient qu’il y avait de grosses amendes et des sanctions prévues par le gouvernement si on ne s’y soumettait pas, elles voulaient absolument rentrer. Quelque chose me disait que ce n’était pas normal, elles insistaient et ne disposaient d’aucun matériel, pas de mallette, juste un bloc-notes et leur sac à main. Je ne parvenais pas à croire qu’il s’agissait de vraies infirmières”.

La police rappelle donc à la prudence: “Des infirmières ne se présentent jamais de la sorte pour effectuer un test de dépistage contre le coronavirus”, précise Dorien Baens, de la police locale. Au-delà du dommage moral et financier, les voleurs exposent également leurs victimes, souvent âgées, à des risques sanitaires: “Ce qui rend les choses encore plus graves, c’est que les suspects portaient bien un masque mais pas de gants ni de tenue de protection”, déplore la police.

La police espère retrouver les suspects rapidement, mais les premiers faits remontent à cet été. Ils/elles auraient déjà sévi également à Tongres et Diepenbeek, mais probablement aussi dans d’autres villes. 

© VTM

Source : 7SUR7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS