Coronavirus : Une entreprise de biotechnologie chinoise affirme que son vaccin fonctionne sur les singes

BEIJING : Un nouveau vaccin contre le coronavirus a pour la première fois « largement protégé » les singes de l’infection lors d’un essai sur des animaux, selon les données d’un géant pharmaceutique chinois..

Ce vaccin fait partie de la panoplie de vaccins mis au point dans le monde entier, alors que les pays s’efforcent d’enrayer une épidémie qui a infecté environ 2,7 millions de personnes dans le monde et en a tué plus de 190 000.

Sinovac Biotech, qui figure sur la liste du Nasdaq, a déclaré avoir injecté deux doses différentes de son vaccin à huit singes macaques rhésus et les avoir exposés au virus trois semaines plus tard, sans qu’ils ne développent d’infection.

Tous les singes « ont été largement protégés contre l’infection par le SRAS-CoV-2 », a déclaré Sinovac dans ses conclusions.

Quatre macaques qui ont reçu une forte dose du vaccin n’avaient « aucune quantité détectable » du virus dans leurs poumons sept jours après avoir reçu l’agent pathogène.

Quatre autres singes ayant reçu de faibles doses ont montré une augmentation de la charge virale dans leur corps mais semblent avoir contrôlé le virus par eux-mêmes, a-t-il dit.
Publicité

En revanche, quatre singes qui n’avaient pas reçu le vaccin sont tombés malades à cause du virus et ont souffert d’une grave pneumonie.

Sinovac a publié ses résultats sur le serveur en ligne bioRxiv le 19 avril, trois jours après avoir commencé les essais sur l’homme, mais ses conclusions n’ont pas encore été examinées par la communauté scientifique mondiale.

Le vaccin, comme la plupart des autres, utilise un nouveau coronavirus pathogène chimiquement inactivé pour aider l’organisme à développer une immunité contre la vraie maladie.

Les tests ont montré une « bonne efficacité » et la société basée à Pékin est confiante quant au potentiel du vaccin, a déclaré à l’AFP Yang Guang, porte-parole de Sinovac.

La société a fourni « les premières données pré-cliniques sérieuses que j’ai vues pour un candidat vaccin réel », a déclaré Florian Krammer, un virologiste de l’école de médecine Icahn du Mont Sinaï à New York.

M. Krammer a récemment coécrit une étude sur différents projets de vaccins contre les coronavirus pour la revue Cell.

Il a déclaré sur Twitter que l’utilisation de virus inactivés pour le vaccin était une « technologie démodée » qui faciliterait l’augmentation de la production.

LE RISQUE DE MUTILATION

Plusieurs souches du nouveau coronavirus ont été trouvées par les chercheurs, ce qui montre que l’agent pathogène mute lentement, ce qui pourrait rendre plus difficile la mise au point d’un vaccin.

Mais M. Sinovac a déclaré que l’expérience menée jusqu’à présent avait montré que son vaccin pouvait « neutraliser » des souches très différentes trouvées chez des patients en Chine, en Italie, en Suisse, en Espagne et en Grande-Bretagne.

« Cela prouve clairement que le virus ne mute pas d’une manière qui le rendrait résistant à un vaccin #COVID19 », a tweeté l’immunologiste Mark Slifka de l’université de la santé et des sciences de l’Oregon.

Cependant, les vaccins contenant des agents pathogènes inactifs ont besoin de rappels pour rester efficaces et il reste à voir si les recherches de Sinovac fourniront une « protection durable » contre le virus, a déclaré Lucy Walker, professeur de régulation immunitaire à l’University College London.

La troisième phase de test du vaccin nécessitera des volontaires humains qui n’ont jamais été infectés par la maladie ainsi que ceux qui présentent des symptômes.

M. Yang de Sinovac a déclaré que la société cherchait des sujets de test à l’étranger car la Chine n’a pas assez de cas de COVID-19 signalés.

Les autorités chinoises ont approuvé trois essais cliniques pour les vaccins jusqu’à présent, mais n’ont pas encore donné leur accord pour les essais de la phase 3 pour l’effort de Sinovac.

Il n’existe actuellement aucun vaccin ou médicament approuvé pour cette nouvelle maladie.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’il faudrait 12 à 18 mois pour mettre au point un vaccin.

Traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found

Source : CHANNELNEWASIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS