Ce sniper australien mène actuellement un combat pour défendre la faune et la flore menacées d’extinction contre l’abattage

Damien Mander a sauvé d’énormes populations d’éléphants et de rhinocéros de l’abattage.

L’ancien combattant australien Damien Mander avait un monde d’options devant lui après son retour de sa tournée au Moyen-Orient.

Mais l’ancien combattant des opérations spéciales a choisi de consacrer sa vie à défendre des animaux sauvages sans défense contre l’abattage par des braconniers illégaux.

Damien Mander a passé trois ans en Irak où il a formé et déployé des forces paramilitaires sur les lignes de front.

View this post on Instagram

The toughest journeys are the least pursued ones, but they are the most rewarding. A comfortable life is a dangerous life, and I highly advise against it. Out there, amongst it all, awaits an unbiased and blank canvas. A path that is yet to be carved. A life that is yet to be lived. A story waiting to be written. To walk a beaten track is to follow in familiar footsteps. At some point, if you want to search for something undiscovered, that safe, easy to follow path has to be abandoned. And then shit gets real. Then life really starts. – – Many grey hairs ago… In a galaxy far, far away, September 11 changed the world for a lot of people. It changed the world for me. As a response, the Australian government formed Tactical Assault Group-East (TAG-E). A special operations, direct action and hostage recovery unit. After enduring the mental torture of selection, I came across to TAG-E from the Navy into Water Platoon. I’d been there only two days before being told I was being sent to sniper school. Talk about a fish (Navy Diver) out of water. The Army lads beat me into shape pretty quickly in what I’d say would be the most extreme learning curve I’ve ever encountered.- – Special operations gave me the qualifications I needed to head to Iraq as a private contractor. Iraq gave me the money, life lessons and desperation needed to set up the IAPF. IAPF gave me the purpose I needed to be all I could dream to be in life. – – We all have a path waiting to be carved. And no one will do it for us. If they try – run. Only you can cut your own path. Anything handed to you is a disservice. – – #ClearanceDiver #IAPF #AntiPoaching #Purpose #Vegan #PlantBased #Nature #Sniper #SpecialOperations #Dream #Animals

A post shared by Damien Mander (@damien_mander) on

Avant cela, il avait servi comme tireur d’élite des opérations spéciales dans le 2e régiment de commandos des forces spéciales de l’armée australienne, ainsi que comme plongeur d’autorisation de la marine – l’équivalent des SEAL de la marine américaine.

Ce quadragénaire aurait très bien pu passer à une vie de loisirs puisqu’il avait un impressionnant portefeuille immobilier chez lui.

Au lieu de cela, Mander s’est rendu en Afrique pour un voyage de six mois où il a été exposé au monde sanglant du braconnage illégal des animaux lors d’un voyage à travers l’Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe.

Cette expérience révélatrice a changé sa vie à jamais et a convaincu le vétéran de consacrer sa vie à la protection des créatures sauvages qui n’ont aucun moyen de se protéger contre ceux qui les traqueraient, les chasseraient et les abattraient, eux et leurs parties, à n’importe quel prix.

Il l’a dit à LADBible :

« Après l’Irak, je cherchais une nouvelle aventure et [un voyage en Afrique] me semblait être une chose à faire pour six mois. Quand j’ai voyagé sur le continent, j’ai été inspiré par le travail des rangers. Ils ont quelque chose qui vaut vraiment la peine de se battre : abandonner tout, être loin de leur famille pendant si longtemps chaque année pour défendre le monde naturel. Je venais d’arriver d’Irak où nous nous occupions des pointillés sur une carte et des ressources dans le sol et cela m’a fait réfléchir à qui j’étais en tant que personne ».

C’est à ce moment que le vétérinaire de guerre amoureux des animaux a décidé de vendre toutes ses propriétés chez lui pour financer son nouveau projet passionnel : La Fondation internationale contre le braconnage (IAPF) et une académie de formation de rangers à Victoria Falls, au Zimbabwe.

Tout comme il a déjà formé des milices en Irak, sa fondation enseigne aujourd’hui aux rangers comment traquer secrètement les braconniers, rester cachés et camouflés, tendre des embuscades, procéder à des arrestations et préserver les scènes de crime.

Bien que le travail de Mander s’inspire clairement de ses compétences militaires en tant que combattant, l’un des outils les plus essentiels a été celui qu’il a appris pendant ses fonctions d’occupation au Moyen-Orient déchiré par la guerre : gagner le cœur et l’esprit d’une population locale souvent hostile, un problème que son armée n’a pas « réussi » à saisir pendant la guerre.

View this post on Instagram

Earlier this year, Matt Shapira's beautiful artwork and generosity helped raise many yearly salaries for new recruits! Matt's elephant painting on a vintage map made it all the way to Zimbabwe, thanks to Erin Haley. She attended a fundraising event in Colorado hosted by Next Wave Impact and was outbid on one of Matt’s paintings. Afterwards, she got in touch with us to ask if she could commission a painting with her donation. Matt agreed. When it was ready to be shipped, she decided to gift it to the rangers as a token of appreciation for doing one of the hardest jobs there is: saving the natural world. The painting will be hanging in the new ops center being built as we speak. One of our goals is to create a reality in which elephants are treated as carefully as one of these century year-old vintage maps. Elephants, like any species, should be allowed to live out their lives as they wish, to their fullest extent. IAPF is hard at work, making this a reality for more and more wildlife each day. Happy World Elephant Day! #IAPF #Akashinga #WorldElephantDay #talesleftunsaid #elephants #africanelephant #trunksup #elephantlovers #jointheherd #conservation #savetheelephants #saynotopoaching #elephantlove #wildlifeconservation #endwildlifecrime #thisisafrica #bekindtoelephants #saveelephants #worthmorealive #stoppoaching @roaming__elephant @africanveganonabudget @damien_mander @kellyhazelking

A post shared by IAPF (@int.anti.poaching.foundation) on

Mander :

« Au-delà des armes et des munitions, ce sont les leçons que j’ai apprises en Irak qui ont vraiment été le plus grand bénéfice pour ce que nous faisons. La capacité à rallier la population locale, à mobiliser les cœurs et les esprits, c’est plus important que tout et c’est une chose à laquelle nous avons complètement échoué en Irak. Nous sommes capables de prendre ces échecs de l’Irak et de les transformer en une expérience positive ».

Jusqu’à présent, ses efforts ont permis de réduire de 90 % les activités de braconnage des rhinocéros dans le parc national Kruger – qui se trouve le long de la frontière entre l’Afrique du Sud et le Mozambique – où les créatures sont convoitées par les acheteurs et les marchands pour leurs précieuses cornes. L’équipe de Mander a finalement réussi à chasser entièrement les braconniers.

En 2016, le braconnage des rhinocéros avait enfin commencé à diminuer pour la première fois en dix ans. Mander a déclaré :

« Le taux d’incursion des braconniers dans le parc national Kruger, environ 75 pour cent de ceux-ci ont été attribués comme venant du Mozambique dans le Kruger et avec les opérations établies de ce côté de la frontière, qui a chuté à environ 30 pour cent. Nous avons eu beaucoup de crédit pour cela, nous avons eu beaucoup de félicitations ».

Plus au nord, dans les chutes Victoria du Zimbabwe, toutes les attaques de rhinocéros ont été stoppées grâce à l’IAPF. Cependant, les frictions entre l’aventurier australien et les pauvres locaux n’ont pas manqué.

View this post on Instagram

FIELD REPORT: Recently the International Anti-Poaching Foundation’s (IAPF) Akashinga rangers intercepted a team of three suspected poachers entering Zimbabwe’s World Heritage Listed Mana Pools National Park armed with cyanide, axes and knives. Further information passed to the Akashinga team resulted in a joint operation with the Minerals Flora & Fauna Unit (MFFU) of the Zimbabwe Republic Police (ZRP), netting the arrest of a fourth suspect who allegedly supplied the cyanide to the would be poachers. Cyanide is sometimes used to kill elephants and other wildlife without force as it is cheap and quiet to use. It is placed near watering holes, on oranges or rock salt where the unsuspecting animals will be baited. The suspect being implicated of supplying the cyanide works in Mberengwa’s mining industry. Miners use cyanide concentrate during the separation process of gold from bulk ores. It exists in two forms, gas and crystal (see small white ‘balloons’ confiscated in photo above). This inhumane method of poaching works quickly, as cyanide cuts off the oxygen supply. Cyanide use in poaching is an ongoing problem in Zimbabwe so these types of arrests are a significant ‘win’ for wildlife. Cyanide is easily obtained illegally, so monitoring and protecting these areas remains a vigilant task. The suspects will appear in Kariba Magistrates Court. Thank you to all those involved in this operation. To support our continued work, please follow link in bio. #IAPF #Akashinga #antipoaching #rangers #wildlife #conservation #zimparks #racingextinction #savetheelephants #elephants #womenempowerment #womenwholead #africa #socialmovements #illegalwildlifetrade #stopivorytrade

A post shared by IAPF (@int.anti.poaching.foundation) on

Pour Mander, les problèmes d’un conflit prolongé avaient commencé à se révéler et il était nécessaire de modifier l’approche stratégique. Il a expliqué :

« Nous avions des hélicoptères, des drones, des équipes d’attaque canine, du matériel de qualité militaire [mais] nous avions ce conflit permanent avec la population locale et bien que nous ayons pu gagner cette bataille dans l’ensemble, ce que nous faisions n’était pas durable. Nous sauvions des rhinocéros et nous étions en guerre avec la population locale sur un continent qui comptera deux milliards d’habitants en 2040 ».

Pour obtenir le soutien de la population locale, Mander a décidé de commencer à intégrer des femmes rangers dans son équipe. Beaucoup d’entre elles sont elles-mêmes victimes d’attaques prédatrices telles que des agressions sexuelles graves, des violences domestiques et des violences sexistes dans leurs communautés.

Les unités entièrement composées de femmes constituent désormais la force d’élite la plus importante de la fondation, avec 120 rangers ayant déjà procédé à 140 arrestations.

Mander a un message clair et un appel fondamental à l’humanité des braconniers. Il a dit :

« Nous sommes l’une des millions d’espèces sur cette planète, mais nous sommes les seuls à déterminer le niveau de souffrance et de destruction qui est acceptable pour toutes les autres. Nous sommes assis ici à parler de l’extinction de différentes espèces, mais la réalité est que si nous ne nous occupons pas de cette magnifique arrière-cour qu’on nous a donnée, ce n’est pas l’éléphant ou le rhinocéros qui va s’éteindre, c’est nous. Nous devons décider si nous voulons faire partie de l’avenir et si c’est le cas, nous devons apporter des changements ».

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found

Source : THEMINDUNLEASHED

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS