Castaner serait il rancunier? Il rembarre Macron ! -

Castaner serait il rancunier? Il rembarre Macron !

Suite au remaniement ministériel du 6 juillet dernier, Christophe Castaner a été contraint de laisser les clefs de la place Beauvau à Gérald Darmanin. Emmanuel Macron lui avait toutefois proposé un autre poste prestigieux, comme l’a rapporté Le Parisien ce mercredi 26 août.

Christophe Castaner serait-il rancunier ? S’il a quitté ses fonctions de ministre de l’Intérieur suite au remaniement du 6 juillet dernier, l’ancien locataire de la place Beauvau n’a pas totalement été laissé-pour-compte. Emmanuel Macron lui aurait même proposé un poste prestigieux… qu’il a finalement refusé. Comme l’a fait savoir Le Parisien dans son édition du mercredi 26 août, Christophe Castaner a failli entrer à l’Élysée « comme conseiller spécial du président ». Alors que l’actuel conseiller Philippe Grangeon devrait quitter son poste « à la mi-septembre », le chef de l’Etat avait pensé à l’ancien maire de Forcalquier pour lui succéder à ce poste. Malheureusement pour lui, le principal intéressé a décliné cette proposition.

« Beaucoup poussaient, mais il ne voulait pas avoir un statut de collaborateur », a expliqué un proche d’Emmanuel Macron à nos confrères. Au lieu de ça, Christophe Castaner a préféré se consacrer à un autre cheval de bataille : la présidence du groupe LREM. Si certains ont fait savoir que cette fonction était « ingrate », elle permettrait à l’ancien ministre de l’Intérieur de continuer à « jouer un rôle officiel au sein de la majorité ». Ce mardi 25 août, le prédécesseur de Gérald Darmanin a ainsi été reçu à Matignon par Jean Castex, lors d’un petit-déjeuner, comme l’a rapporté Le Point. Contactée par nos confrères, Aurore Bergé, qui candidate elle aussi à ce poste, a confié qu’elle avait également été sollicitée pour un rendez-vous avec le Premier ministre.

Sa proximité avec le président « ne le protège pas »

Pourtant, sur le papier, l’ancien premier flic de France fait déjà figure de favori. « Il a été le bouclier du chef de l’Etat à l’Intérieur, il stoppera l’hémorragie de parlementaires qui ont quitté LREM. Il emmènera un groupe renforcé à la présidentielle de 2022 », a noté une source dans les colonnes du Point. Une connivence qui pourrait aussi lui desservir, selon certains : « La proximité de Christophe avec le président ne le protège pas forcément. Et pour les députés déçus par Emmanuel Macron ces derniers mois, c’est peut-être même un handicap« , a souligné un ministre auprès du Parisien.

Dans son bureau de député à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner s’active : « Il multiplie (…) les appels ou SMS à ses pairs ». Il sait qu’il n’a « que quelques semaines » pour convaincre son groupe. Divisés, les députés promettent aussi d’être imprévisibles. « On ne pourra pas dire que c’est le président qui décide de tout », a confié un macroniste dans les colonnes du quotidien national. A ce stade, rien ne semble joué pour Christophe Castaner…

Source : GALA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS