Bolsonaro se moque du physique de Brigitte Macron

Ces attaques inédites marquent une très nette escalade dans les tensions entre Brasilia et Paris, avivées ces derniers jours par les pressions exercées par la France, qui recevait le sommet du G7, sur Jair Bolsonaro pour qu’il agisse contre les dramatiques incendies en Amazonie.

« N’humilie pas le type »

Bolsonaro a réagi à un post qui se moquait du physique de la première Dame française – apparaissant sur une photo désavantageuse – en le comparant à celui de Michelle Bolsonaro (37 ans), rayonnante le jour de l’investiture de son mari.

« Vous comprenez maintenant pourquoi Macron persécute Bolsonaro ? » lit-on à côté de photos des deux couples présidentiels. « C’est la jalousie […] de Macron, je parie », écrit l’internaute, Rodrigo Andreaça.

« N’humilie pas le type – MDR [“mort de rire”] », a répondu en commentaire le président Bolsonaro en référence à son homologue français.

Interrogé par l’AFP sur le fait de savoir si ce post avait été publié par le chef de l’Etat lui-même, un porte-parole du palais présidentiel de Planalto a simplement répondu : « Nous ne faisons pas de commentaire. »

Affront diplomatique

Olavo de Carvalho, écrivain et « gourou » de Jair Bolsonaro, exilé aux Etats-Unis, a de son côté forgé sur Twitter le nom de « Macrocon », au moment où la sphère bolsonariste se déchaîne contre le président français.

Le fils de Jair Bolsonaro, Eduardo – député fédéral et possible prochain ambassadeur du Brésil à Washington –, avait retweeté vendredi une vidéo de violentes manifestations de « gilets jaunes » en France avec le texte : « Macron est un idiot ».

L’Amazonie a jeté de l’huile sur le feu d’une relation franco-brésilienne qui s’est tendue après l’arrivée au pouvoir à Brasilia du président d’extrême droite.

Jair Bolsonaro avait infligé un affront diplomatique fin juillet au ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en visite à Brasilia, en annulant leur rencontre. Il avait posté sur Facebook un direct dans lequel on le voyait se faire couper les cheveux à l’heure prévue du rendez-vous, qui avait été annulé « pour des questions d’agenda ».

Jean-Yves Le Drian, qui avait apparemment eu le tort de rencontrer des ONG brésiliennes souvent hostiles à Jair Bolsonaro, avait ironisé sur cette « urgence capillaire ».

Source : L’OBS

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Facebook
Facebook