Bill Gates et Intellectual Ventures financent la technologie des vaccins à implants de micropuces

La Fondation Bill et Melinda Gates a fait don de plus de 21 millions de dollars pour le développement d’une technologie de vaccination qui utilise un mécanisme semblable à celui du tatouage qui consiste à injecter des nanoparticules invisibles sous la peau. Cette technologie est actuellement testée dans un vaccin contre le virus qui cause la COVID-19

La technologie de la micro-aiguille est également associée à la technologie injectable, financée par la Fondation Bill et Melinda Gates, qui incorpore sous la peau un carnet de vaccination visible par lumière infrarouge proche [à l’aide d’une enzyme appelée luciférase] qui peut être lu par la technologie des smartphones.

La Fondation Bill et Melinda Gates finance ces technologies dans le but de les utiliser dans des campagnes de vaccination « porte-à-porte » menées par des personnes ayant une « formation minimale ».

Des chercheurs de l’Université de Pittsburgh ont rapporté dans leur étude publiée le 1er avril dans EBiomedicine, un journal de la Lancet, que leur vaccin par patch à micro-aiguilles contre le virus CoV-2 du SRAS qui cause la COVID-19 « a provoqué une production d’anticorps robuste chez les souris en deux semaines ».

Les patchs ressemblent à un morceau de Velcro avec des centaines de petites micro-aiguilles en sucre. Les aiguilles piquent juste dans la peau et se dissolvent rapidement, libérant le vaccin dans les minuscules abrasions et induisant une puissante réponse des cellules immunitaires malgré la quantité infime de matière du vaccin – bien plus puissante qu’une injection intramusculaire.

Les chercheurs avaient testé le vaccin en utilisant le patch à micro-aiguilles pour d’autres coronavirus, dont celui qui cause le système respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et ont rapporté que trois différents vaccins expérimentaux MERS induisaient la production d’anticorps contre le virus.

Ces réponses étaient plus fortes que celles générées par l’injection régulière d’un des vaccins avec un puissant stimulant immunitaire (un adjuvant). Les niveaux d’anticorps ont continué à augmenter avec le temps chez les souris vaccinées par micronoyautage jusqu’à 55 semaines, lorsque les expériences ont pris fin. Les chercheurs ont maintenant tourné leur technologie vers le virus COVID-19, le CoV-2 du SRAS.

« Les tests sur les patients nécessitent généralement au moins un an et probablement plus », a déclaré le professeur de dermatologie Louis Falo, co-auteur principal de l’étude.

« Cette situation particulière est différente de tout ce que nous avons déjà vu, nous ne savons donc pas combien de temps prendra le processus de développement clinique. Les révisions récemment annoncées des processus normaux suggèrent que nous pourrions avancer plus rapidement ».

Une autre étude financée par la Fondation Bill et Melinda Gates et publiée en décembre 2019 par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, de l’Institut de chimie de l’Académie chinoise des sciences à Pékin et du Global Good, Intellectual Ventures Laboratory à Bellevue, WA, décrit comment des « points quantiques dans le proche infrarouge » peuvent être implantés sous la peau en même temps qu’un vaccin pour coder les informations en vue d’un « stockage décentralisé des données et de la biodétection ».

« Pour maximiser l’utilité de cette technologie pour les campagnes de vaccination, nous avons cherché à créer une plate-forme compatible avec les vaccins administrés par micro-aiguille qui pourrait coder de manière fiable les données sur un individu pendant au moins cinq ans après l’administration », a déclaré le document du MIT, intitulé « Biocompatible near-infrared quantum dots delivered to the skin by microneedle patches record vaccination ».

« En outre, ce système devait également être hautement biocompatible, délivrer une quantité suffisante de colorant après un temps d’application de 2 min ou moins, et être détectable à l’aide d’un smartphone adapté au minimum ».

Fridrik Laurusson, un des auteurs de l’étude sur les micropuces, est de The Global Good, Intellectual Ventures Labarotory. Son site web présente en première page le fondateur de Microsoft, Bill Gates, et se décrit comme une « collaboration entre Bill Gates et Intellectual Ventures », une société fondée par Nathan Myhrvold et Edward Jung de Microsoft.

Wikipedia décrit Intellectual Ventures, dans l’État d’origine de M. Gates, comme une société américaine privée qui « se concentre sur le développement et la concession de licences de propriété intellectuelle » et « l’un des cinq premiers propriétaires de brevets américains, à partir de 2011 ».

« Son modèle commercial est axé sur l’achat de brevets et leur regroupement dans un vaste portefeuille de brevets et la concession de licences sur ces brevets à des tiers », selon Wikipédia. La société a été décrite comme la plus grande et la plus célèbre des sociétés de traque de brevets du pays, la plus grande traque de brevets et la société la plus détestée dans le domaine de la technologie.

Le site web de Bill et Melinda Gates répertorie les multiples subventions accordées pour développer le « patch microneedle array » – à utiliser dans le cadre de « campagnes de porte-à-porte via l’administration par un personnel peu formé ».

La subvention la plus récente, d’un montant de 370 035 dollars, a été accordée en février 2020 aux Centers for Disease Control and Prevention pour un patch de vaccin ROR qui ne nécessite pas de réfrigération et « permet des campagnes de porte-à-porte » par l’intermédiaire de personnes sans expérience ni formation médicale.

Bill Gates a accordé des subventions beaucoup plus importantes pour la technologie des patchs à micro-aiguilles à des entreprises et organisations, dont

  • Vaxxas Pty Ltd à Brisbane, Queensland (4,99 millions de dollars en novembre 2019) pour développer un « patch à micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes porte-à-porte via l’administration par un personnel peu formé ».

Vaxxas a été créé en 2011 après que le groupe de recherche de Mark Kendall à l’université du Queensland ait commercialisé la nanotechnologie sous la société UniQuest. La société a levé plus de 35 millions de dollars pour la nanotechnologie.

Elle s’est associée au fabricant de vaccins Merck – une société dont le médicament Vioxx a causé plus de 27 000 décès par crise cardiaque avant que la société ne révèle les risques qu’elle avait cachés au public. Merck a été accusé à plusieurs reprises par les juges de violations éthiques « flagrantes » et de « tests inappropriés et falsification de données » sur ses vaccins Gardasil HPV et ROR. Merck a fait

Micron Biomedical Inc (6 744 906 $ en novembre 2019) « pour développer un patch à micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes de porte-à-porte via l’administration par un personnel peu formé ».

Georgia Institute of Technology (958 849 dollars en décembre 2019) « pour mettre au point un patch à micro-aiguilles pour la vaccination contre la rougeole et la rubéole qui permet des campagnes de porte-à-porte par administration par un personnel ayant reçu une formation minimale ».

Vaxess Inc, (2 967 741 dollars en novembre 2016) à Boston, MA « pour soutenir le développement préclinique et la fabrication d’un patch thermostable à micro-aiguilles dans le but de réduire les obstacles à l’accès au vaccin en simplifiant le dosage et l’administration, en allégeant les contraintes de la chaîne du froid et en réduisant les coûts

l’Université de Cardiff (3 570 376 dollars en décembre 2019) « pour mettre au point un patch à micro-aiguilles dissoluble pour la délivrance dermique durable d’un contraceptif à base de progestatif, y compris la réalisation d’études précliniques de preuve de concept ».

M. Gates a commencé à financer la biotechnologie implantable en 2011 grâce à une petite subvention (100 000 dollars) accordée à la société TransDerm Inc, basée à Santa Cruz, dont la page Linkedin renvoie à un site web du géant pharmaceutique Allergan.

Le mois dernier, le service d’information de Reuters a rapporté – à tort – qu’un post populaire sur Facebook concernant le projet de Bill Gates d’utiliser des implants de micropuces pour lutter contre la pandémie de coronavirus était une « fausse déclaration ». Le service d’information a établi un lien avec l’article censuré de Facebook.

Bill Gates, dont le père était directeur de la Planned Parenthood Federation of America et la mère travaillait pour United Way, la filiale de financement de la PPFA, a été connu pour son idéologie de contrôle de la population. Sa femme, Melinda Gates, a lancé un sommet sur la planification familiale lors de la Journée mondiale de la population en 2012, dans le but de recueillir l’argent des impôts auprès des gouvernements pour développer les services de santé reproductive visant à faire baisser le taux de natalité mondial.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found

Source : HUMANSAREFREE

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS