Bientôt un chèque fruits et légumes pour les plus modestes ?

Une association interprofessionnelle appelle le gouvernement à créer un chèque fruits et légumes pour que les ménages les plus précaires puissent consommer la portion de 400 grammes par jour recommandée.

Après le chèque énergie, les personnes les plus précaires profiteront-ils bientôt d’un chèque fruits et légumes ? C’est en tout cas ce que souhaite l’association interprofessionnelle des métiers du fruit et du légume. Comme le rapporte BFMTV, depuis le salon de l’Agriculture, l’association a appelé à la création d’un chèque fruits est et légumes « pour les populations en grande difficulté ». L’objectif est de permettre aux familles précaires d’avoir une alimentation plus diversifiée.

En effet, bien manger n’est pas accessible à tous. Selon le 13ème observatoire du prix des fruits et légumes de l’association Familles Rurales, pour manger les 400 grammes de fruits et légumes par jour, portion recommandée par le programme national nutrition santé, une famille de deux adultes avec deux enfants doit dépenser entre 117 euros et 222 euros par mois. Interfel précise que l’analyse des conditions de ressources précises pour y être éligible serait à définir par l’État, mais que « plusieurs programmes de ce type ont déjà fait leurs preuves dans d’autres pays ».

Interfel va même plus loin en proposant que ce chèque soit accompagné « de cours de cuisine » à destination des familles pour leur montrer comment concocter des repas équilibrés à bas budgets. Une idée qui n’est pas vraiment nouvelle puisque, comme le rappelle BFTV, le ministère de la Santé avait déjà proposé dans son programme national nutrition santé 2006-2010 des opérations de bons d’achat de fruits et légumes « ciblés si possible sur les populations faibles consommatrices, afin d’encourager la découverte de ces produits ».

50% des personnes gagnant moins de 1.200 euros ont des difficultés à en manger

Une mesure de santé publique qui apparaît nécessaire quand on sait que selon le baromètre du Secours populaire, en 2018, parmi les personnes gagnant moins de 1.200 euros par mois, la moitié assurait avoir des difficultés financières pour manger des fruits et légumes frais tous les jours.

Source : CAPITAL

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS