Attentats de Barcelone et Cambrils: la vidéo glaçante des djihadistes fabriquant les explosifs -

Attentats de Barcelone et Cambrils: la vidéo glaçante des djihadistes fabriquant les explosifs

Alors qu’a débuté le procès des auteurs présumés des attentats qui ont secoué la Catalogne le 17 et 18 août 2017, un document vidéo a été présenté à l’audience mettant en scène les terroristes. On y découvre des jeunes gens souriants, menaçants et déterminés.

Les images ont été tournées au mois d’août 2017, quelques jours seulement avant l’accident qui a soufflé l’appartement d’Alcanar qui faisait office de QG au groupe terroriste. Quelques jours avant le passage à l’acte.
Sur cette vidéo, reprise par les médias catalans, on entend distinctement les jeunes djihadistes, se vanter en espagnol et en arabe de leurs futurs massacres et affirmer « Allah nous a promis le paradis, à vous l’enfer ».

Des scènes où l’on voit, ces jeunes gens souriants, en train de fabriquer leurs armes de destruction et remplir des cylindres d’explosifs « dirigés contre les ennemis de Dieu » : « Chaque gramme de fer se mettra dans vos têtes, celles de vos femmes ou de vos enfants » promet froidement l’un d’eux, face caméra.

Cambrils et Barcelone : 16 morts et 125 blessés 

C’est Mohamed Houli ChemlalIl qui filme. Il est l’un des trois accusés sur le banc, le seul rescapé de l’explosion accidentelle de l’appartement. Sur les images présentées à l’audience, on voit également Younes Abouyaaqoub, celui qui lancera la fameuse fourgonnette sur les ramblas bondées, parader avec une ceinture d’explosifs. Sa course folle laissera une traînée de sang sur cette artère si fréquentée de Barcelone : 14 victimes et des dizaines de blessés. Le terroriste sera abattu par les Mossos.

Selon le site ABC Espagna, à l’origine, le groupe avait d’autres intentions : parmi les cibles symboliques évoquées, la Sagrada familia, la basilique emblématique de la capitale catalane mais aussi le camp Nou , le temple du FC Barcelone et la tour Eiffel… Des plans que ces fanatiques ont dû revoir en urgence après l’explosion accidentelle survenue dans l’appartement des terroristes qui a coûté la vie de l’imam et contraint le groupe à imaginer d’autres scénarios mortifères, à Barcelone et Cambrils…
Le procès des trois survivants, très peu coopératifs à la barre si ce n’est pour minimiser leur rôle, doit se tenir jusqu’à la mi-décembre. Les djihadistes, dont le niveau de responsabilité reste à établir, encourent jusqu’à 41 d’emprisonnement.

Source : L’INDEPENDANT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS