Après Lubrizol : Un incident chez ExxonMobil, à Port-Jérôme, visible à plus de 40 kilomètres

Même les pompiers de l’Eure ont reçu depuis le 19 octobre 2019 des appels téléphoniques. Le nouvel incident technique qui s’est produit à la raffinerie ExxonMobil, à Port-Jérôme, est visible dans un rayon de plus de 40 kilomètres.

C’est par un court communiqué que la raffinerie ExxonMobil de Port-Jérôme a fait part d’un nouvel incident qui s’est produit samedi 19 octobre 2019 dans ses installations normandes : « Suite à une panne de chaudière, l’arrêt du vapocraqueur par mesure de sécurité engendrera des nuisances sonores et des effets de fumées. »

Le panache de fumée visible à 40 kilomètres

Les riverains de la raffinerie, située en Seine-Maritime, ne sont pas les seuls impactés par cet incident. Les flammes et le panache de fumée sont visibles dans un rayon d’une quarantaine de kilomètres, aussi bien en Seine-Maritime que dans l’Eure.

Dans la nuit de samedi à dimanche, le ciel était rouge et les sapeurs-pompiers de l’Eure ont reçu de nombreux appels téléphoniques d’habitants s’interrogeant sur l’origine de ce qui ressemblait à un incendie.

D’après les informations transmises par le service communication d’ExxonMobil, l’incident est survenu vers 8 heures, samedi. « Un déclenchement électrique a conduit à l’arrêt du vapocraqueur d’ExxonMobil Chemical France. Pour décomprimer l’installation en toute sécurité les gaz ont été envoyés à la torche. »

Concentrations de dioxyde de soufre « en légère augmentation »

Atmo Normandie, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air, a été informé. « Sur les mesures de la station située sous les vents de sud-ouest, une légère augmentation des concentrations de dioxyde de soufre a été observée dans la matinée, bien en-dessous du seuil réglementaire d’information et de recommandation », souligne ExxonMobil, qui annonce que « des vérifications complémentaires ont été menées samedi sur le vapocraqueur et vont conduire à des interventions techniques avant les phases de redémarrage de l’installation ».

Conséquence de ces vérifications, « la torche pourrait rester visible durant quelques jours ». « Le personnel en poste met tout en œuvre pour limiter la durée et l’impact de cet incident. La direction de la Chimie s’excuse auprès des riverains pour la gêne occasionnée », poursuit ExxonMobil.

À noter qu’aucun Plan d’Opération interne (POI) n’a été déclenché. L’incident n’a pas été mis en ligne sur le site internet Allo Industrie qui répertorie les incidents et autres accidents qui se produisent dans les entreprises de la zone industrielle de l’estuaire.

Le vapocraqueur avait surchauffé en juillet

Le 25 juillet dernier, un élément du vapocraqueur de cette même raffinerie ExxonMobil avait surchauffé et s’était arrêté. Cet incident, sans gravité selon la direction de la communication d’ Exxon, avait entraîné des épisodes de torche visibles.

« Le vapocraqueur est une installation qui produit des gaz. Ces gaz sont utilisés sur les unités de la chimie pour produire des plastiques, des caoutchoucs et des produits adhésifs », précise ExxonMobil.

Source : PARISNORMANDIE

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Facebook
Facebook