Alerte Covid-19 : Au Japon et en Corée du Sud, on fait maintenant face à une troisième vague -

Alerte Covid-19 : Au Japon et en Corée du Sud, on fait maintenant face à une troisième vague

Alors qu’elle semblait pour beaucoup être de l’histoire ancienne, l’épidémie de coronavirus a repris de la vigueur au Japon et en Corée du Sud, qui doivent aujourd’hui faire face à leur troisième vague. On fait le point.

Mercredi 18 novembre, plus de 2 000 nouveaux cas positifs au Covid-19 ont été enregistrés au Japon. Un record national. Le lendemain, Tokyo dépassait la barre des 500 nouveaux cas quotidiens, selon les médias locaux, un deuxième record d’affilée pour la capitale du pays après 493 cas détectés la veille.

Bien que relativement faibles comparés à d’autres pays, ces chiffres montrent une recrudescence brutale de la pandémie dans l’archipel nippon, où les tests ne sont pas pratiqués à grande échelle.

Jeudi 19 novembre, le couperet est tombé : « Je considère que nous sommes à présent en situation d’alerte maximale », a déclaré le Premier ministre japonais Yoshihide Suga à la presse. « Je demande au peuple japonais de prendre systématiquement des mesures comme le port du masque », a-t-il ajouté, en jugeant souhaitable d’y recourir même lors des conversations au restaurant.

« Une phase d’expansion rapide »

Selon la chaîne de télévision publique NHK, M. Suga a convoqué des réunions d’experts jeudi et vendredi pour se pencher sur le nombre croissant d’infections avant que le gouvernement n’envisage de mesures supplémentaires.

Le Premier ministre a déclaré qu’il soutiendrait les préfectures qui appelleraient les commerces à fermer plus tôt, et que des restrictions comme limiter les tablées à quatre personnes dans les restaurants devraient être envisagées.

« Nous sommes dans une phase d’expansion rapide du nombre d’infections » a commenté Norio Omagari, un spécialiste japonais des maladies infectieuses à l’issue d’une réunion sur la situation sanitaire à Tokyo en présence de la gouverneure de la capitale, Yuriko Koike.

Niveau d’alerte maximal à Tokyo

L’expert a appelé à la vigilance à l’approche des fêtes de fin d’année et des facteurs saisonniers aggravants, comme la sécheresse de l’air qui facilite la propagation du virus.

Les autorités de Tokyo ont confirmé jeudi le relèvement du niveau d’alerte à l’échelon maximum pour la capitale, sans toutefois que cela n’implique automatiquement de restrictions.

Mme Koike a appelé jeudi les habitants et les entrepreneurs de Tokyo à continuer d’être « compréhensifs et coopératifs » pour contrer la nouvelle vague.

Pas d’obligation

Les diverses mesures adoptées au Japon depuis le début de la pandémie n’ont jamais revêtu un caractère obligatoire, faisant appel à la responsabilité de la population et à la pression sociale, y compris lors de l’état d’urgence au printemps.

Le pays a augmenté le nombre de tests qu’il pratique, mais celui reste relativement faible : seulement 5 000 à 6 000 personnes sont testées quotidiennement dans la capitale japonaise de quelque 14 millions d’habitants.

Depuis janvier, Le Japon a recensé au total 121 000 cas de coronavirus et un peu plus de 1 900 décès.

Nouveau pic en Corée du Sud

La Corée du Sud affronte elle aussi sa troisième vague. « Nous pensons que la troisième vague d’infections par le virus est actuellement une réalité, après avoir constaté une situation similaire en février-mars et en août », a pour sa part déclaré vendredi 20 novembre Yoon Tae-ho, un haut responsable de la santé sud-coréen, lors d’une conférence de presse.

Samedi 21 novembre, le nombre de nouveaux cas a dépassé la barre des 300 pour le quatrième jour consécutif, portant le nombre total à 30 403, selon l’Agence coréenne de contrôle et prévention des maladies (KDCA).

Sur les 361 cas locaux recensés, 262 ont été identifiés dans le grand Séoul, qui abrite la moitié des 51 millions d’habitants du pays.

Rassemblements et sorties limités

C’est la première fois depuis le mois d’août, qu’un pic de contamination de cette ampleur est signalé dans le pays, obligeant ainsi les autorités sanitaires à exhorter la population à s’abstenir de tout rassemblement et de toute activité en plein air. « Évitez les rassemblements lors des fêtes de fin d’année » et « limitez vos activités extérieures à l’essentiel », a demandé le Premier ministre Chung Sye-kyun à la télévision vendredi.

Les restrictions sanitaires qui se déclinent en cinq paliers sont passées au niveau 1,5 dans de nombreuses villes du pays comme Séoul et Gwangju. La ville de Suncheon, dans la province du Jeolla, à environ 415 km au sud-est de Séoul, a, elle, déjà commencé à appliquer les restrictions de niveau 2, devenant ainsi la première ville du pays à mettre en œuvre le troisième niveau le plus élevé, selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Source : OUESTFRANCE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS