75 % des enfants qui ont reçu des vaccins dans cette ville mexicaine sont maintenant morts ou hospitalisés -

75 % des enfants qui ont reçu des vaccins dans cette ville mexicaine sont maintenant morts ou hospitalisés

Malgré les tentatives insidieuses des médias américains contrôlés par les entreprises de censurer les articles sur les effets secondaires mortels des vaccins, la vérité continue de faire surface.

La dernière tragédie vaccinale a tué deux bébés à La Pimienta, au Mexique, et en a envoyé 37 autres à l’hôpital avec de graves réactions aux additifs vaccinaux toxiques.

« …14 enfants sont dans un état grave, 22 sont stables et un est dans un état critique », a déclaré le Secrétariat à la Santé du Chiapas dans un communiqué via Latino.FoxNews.com.

Ce qui est particulièrement alarmant, c’est que seulement 52 enfants ont été vaccinés au total, ce qui signifie que 75 % des enfants qui reçoivent les vaccins sont maintenant morts ou hospitalisés.

Les vaccins ont été administrés par l’Institut mexicain de sécurité sociale, connu sous le nom d’IMSS.

L’IMSS a confirmé les réactions mortelles survenues après l’injection de vaccins contre la tuberculose, le rotavirus et l’hépatite B – les mêmes souches virales ciblées par les vaccins administrés systématiquement aux enfants aux États-Unis.

L’IMSS suspend la vaccination dans l’attente d’une enquête plus poussée

Selon Fox News Latino, l’IMSS a suspendu les vaccins en attendant les résultats d’une enquête sur les raisons pour lesquelles tant d’enfants ont été tués et hospitalisés.

Selon l’ensemble des médias grand public aux États-Unis – qui sont contrôlés à 100 % par des intérêts commerciaux – les vaccins ne font jamais de mal à personne et sont parfaitement sûrs à injecter aux enfants en quantités illimitées.

Ce dangereux et inhumain « déni de l’existence d’un vaccin » sévit dans les médias contrôlés par les entreprises, qui contribuent à la mort de bébés et d’enfants innocents en refusant de reconnaître la vérité selon laquelle les vaccins tuent et blessent régulièrement des enfants.

Tout récemment, en fait, le gouvernement britannique a accepté de verser 90 millions de dollars aux victimes du vaccin contre la grippe porcine.

Ce vaccin a causé des lésions cérébrales permanentes à plus de 800 enfants en Europe. La vérité, c’est que les vaccins font régulièrement du mal aux enfants innocents, voire les tuent, très probablement à cause des adjuvants chimiques toxiques et des agents de conservation qu’ils contiennent encore.

Comme le CDC l’admet ouvertement, les vaccins sont toujours formulés intentionnellement avec du mercure, de l’aluminium, du MSG et du formaldéhyde.

Certains vaccins utilisent même des ingrédients dérivés de tissus foetaux humains avortés. L’an dernier, un scientifique du CDC a dénoncé la fraude scientifique commise par le CDC pour dissimuler les liens entre les vaccins et l’autisme chez de jeunes Afro-Américains de sexe masculin.

Essai de dépeuplement par des vaccins ?

Comme les mondialistes le savent maintenant, les vaccins sont de loin le meilleur moyen d’éliminer la population humaine parce que la plupart des gens peuvent être amenés à faire la queue et à les demander.

Il n’est donc pas nécessaire de recourir à toutes les difficultés utilisées par les nazis pour commettre le génocide de la Seconde Guerre mondiale : logistique complexe des wagons, chambres à gaz, construction de fosses communes, pistage des prisonniers par la technologie informatique IBM, etc.

(Oui, le génocide nazi et le pistage des prisonniers étaient alimentés par les premiers ordinateurs IBM. Voir IBM et l’Holocauste, l’alliance stratégique entre l’Allemagne nazie et la plus puissante entreprise américaine…)

Comme l’industrie des vaccins s’en rend maintenant compte, il est beaucoup plus facile de tuer des gens lorsqu’ils se soumettent volontairement aux injections.

D’où la propagande agressive des médias pour obtenir une obéissance aveugle absolue aux vaccins afin que personne ne pose de questions lorsque des produits chimiques de stérilisation ou d’euthanasie sont utilisés.

C’est sans doute la raison pour laquelle les vaccins ont été systématiquement testés dans le cadre de programmes de dépeuplement par deux méthodes principales :

1) Réaliser des stérilisations secrètes de populations ciblées en combinant des produits chimiques de stérilisation avec des vaccins. (Le « slow kill. »)

2) Tuer directement les personnes vaccinées en ajoutant intentionnellement des produits chimiques d’euthanasie qui causent la mort aux vaccins. (Le « meurtre rapide. »)

La méthode no 1 a été utilisée à maintes reprises en Afrique, au Mexique et en Amérique du Sud pour infliger la stérilisation à des groupes cibles par le biais de programmes de vaccination et de vaccination. Pas plus tard que l’an dernier, en fait, j’ai fait état de la découverte d’un programme secret de vaccination contre l’exode des populations qui est en cours au Kenya :

Des laboratoires ont confirmé que les vaccins antitétaniques administrés à des millions de jeunes femmes au Kenya contiennent un produit chimique de stérilisation qui provoque des fausses couches, rapporte la Kenya Catholic Doctors Association, une organisation pro-vaccin.

2,3 millions de jeunes filles et de femmes sont en train de recevoir le vaccin, sous l’impulsion de l’UNICEF et de l’Organisation mondiale de la Santé, ce qui est énorme.

"Nous avons envoyé six échantillons de tout le Kenya à des laboratoires en Afrique du Sud. Ils ont été testés positifs pour l'antigène HCG ", a déclaré à LifeSiteNews le Dr Muhame Ngare du Mercy Medical Centre à Nairobi. "Ils ont tous été lacés avec de l'HCG."

La méthode #2 semble maintenant être en cours au Mexique puisque 75% des enfants vaccinés sont maintenant morts ou hospitalisés.

Une tentative de dépeuplement induite par la vaccination a été tentée au Mexique en 1974.

Comme Truth Stream Media l’a documenté de manière exhaustive, un exercice de dépeuplement a été mené au Mexique en 1974, en utilisant les vaccins comme couverture de l’événement.

Ce projet a été imaginé après la publication du Mémorandum 200 de l’Étude sur la sécurité nationale, qui mettait en lumière le problème de la population mondiale et exhortait les gouvernements à trouver des moyens de réduire la population mondiale.

Comme l’explique TruthStreamMedia.com :

La concentration sur ce  » problème  » de réduction de la population était prévue dans 13 pays clés, dont l’Inde, le Bangladesh, le Pakistan, le Nigéria, le Mexique, l’Indonésie, le Brésil, les Philippines, la Thaïlande, l’Egypte, la Turquie, l’Ethiopie et la Colombie.

Parmi ceux-ci, le document indique que le Mexique a l’un des taux de croissance les plus élevés (et donc les plus inquiétants) de tous.

Le document lu :

« La tendance démographique la plus importante du point de vue des États-Unis est peut-être la perspective que la population du Mexique passera de 50 millions en 1970 à plus de 130 millions en l’an 2000.

Pour lutter contre ce problème, des « espions médicaux » – qui étaient presque certainement des équipes de vaccination financées par les États-Unis – ont commencé à injecter des médicaments anti-fertilité déguisés en vaccins à des femmes de tout le Mexique.

Si vous en doutez, lisez votre histoire.

Les National Institutes of Health du gouvernement américain ont été pris en flagrant délit de mener des expériences médicales sur des prisonniers au Guatemala.

Le président Obama a même été contraint de s’excuser publiquement en 2011 après l’échec du camouflage ! Il n’y a rien que les nazis n’aient fait dans les années 1930 et 1940 que l’industrie pharmaceutique ne serait pas prête à répéter aujourd’hui sous le nom de « science ».

Mais pour en revenir au Mexique, alors que le programme clandestin de vaccination contre le dépeuplement s’est répandu dans toute la ville de Mexico en 1974, la population locale a commencé à comprendre la supercherie, et la résistance du public a augmenté.

Comme le révèlent ces coupures de journaux, les parents ont commencé à cacher leurs enfants dans leur propre maison pour éviter qu’on leur injecte des produits chimiques de stérilisation dans les écoles publiques.

(La Californie, soit dit en passant, cible aussi les enfants dans les écoles afin d’éviter que les parents n’aient l’occasion de dire « Non ! »)

Mexico City – Associated Press – Des rumeurs selon lesquelles des personnes déguisées en équipes de vaccination donnaient des injections à des écoliers qui les stérilisaient ont forcé les autorités sanitaires à suspendre toutes les campagnes de vaccination aujourd’hui et à poster des policiers en dehors des écoles de Mexico City.

Des milliers de parents ont pris d’assaut diverses écoles de la région de Mexico mardi et ont ramené leurs enfants chez eux.

I

l est également important de noter que ces vaccins de stérilisation étaient administrés essentiellement sous la menace d’une arme à feu, alors que la police accompagnait les équipes de vaccination :

Les interlocuteurs ont dit aux journaux et aux chaînes de télévision que les équipes de stérilisation étaient protégées par des escortes policières et qu’elles comprenaient des hommes et des femmes en blouse blanche « qui ressemblaient à des étrangers ».

Ce même scénario est sur le point d’être reproduit en Californie, d’ailleurs, où le projet de loi SB 277 criminaliserait les parents d’enfants qui ne sont pas vaccinés, essentiellement sous la menace d’une arme.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que les mêmes arguments que nous entendons aujourd’hui au sujet des sceptiques vaccinés – ils sont punitivement étiquetés « anti-vaxxers » ou « anti-science » – ont également été utilisés au Mexique en 1974. Comme le montre la coupure de presse suivante :

L’Association médicale mexicaine a publié des déclarations niant que toute forme d’inoculation pouvait causer la stérilité… Les fonctionnaires ont déclaré que la superstition et l’ignorance de la santé préventive[c’est-à-dire « anti-science »] étaient responsables de la croyance répandue que les rumeurs étaient vraies.

En d’autres termes, même si des équipes de stérilisation parcouraient le Mexique en injectant des produits chimiques à des gens dans le cadre d’un programme de dépeuplement, toute personne qui faisait cette remarque était immédiatement qualifiée d' »anti-science » et d' »ignorante ».

Très peu de choses ont changé en quatre décennies, semble-t-il : la même tactique est encore utilisée aujourd’hui, même si des enfants sont tués ou blessés chaque jour en raison des ingrédients toxiques utilisés dans les vaccins.

Les agents des services secrets du CDC ont été pris en train de mener des campagnes d’information disinfo

L’intimidation scientifique à l’origine des vaccins permet également aux gouvernements du monde entier de mettre en œuvre des programmes de stérilisation et de dépeuplement déguisés en programmes de santé publique.

Une fois que la population est forcée d’accepter les vaccins sans poser de questions – l’obéissance aveugle est maintenant exigée presque partout – les gouvernements peuvent ajouter tous les produits chimiques qu’ils veulent à ces vaccins, y compris ceux qui causent une stérilisation permanente ou même la mort.

Le fait que toutes les blessures causées par les vaccins soient systématiquement niées signifie également que toute personne blessée ou tuée par les vaccins est immédiatement effacée de la mémoire nationale.

Comme une mafia criminelle, l’industrie du vaccin travaille fort pour cacher les corps et ainsi maintenir son racket monopolistique sur la prémisse totalement fausse que les vaccins sont 100% sûrs.

Pour mieux faire comprendre cette propagande médicale extraordinaire, le CDC fait appel à des agents du renseignement comme l’infirmière Hickox, qui répand des désinformations dans les médias grand public, lesquels sont toujours heureux de se conformer aux programmes destructeurs de l’industrie du vaccin.

Comme Natural News l’a découvert lors de l’alerte Ebola de 2014 :

L’infirmière Kaci Hickox, qui a fait la une des journaux ces derniers jours en refusant de se mettre en quarantaine après son retour des lignes de front d’Ebola en Afrique, s’avère avoir été formée comme  » agent de renseignement  » dans le cadre d’un programme de deux ans du CDC, sur le modèle des militaires américains.

Comme vous pouvez le voir dans le document ci-dessous, Hickox a terminé un programme de formation d’agent de renseignement de deux ans du CDC en 2012. C’est la même infirmière dont la page LinkedIn a été récemment nettoyée pour cacher ses liens avec le CDC….

La désignation officielle de renseignement accordée à l’infirmière Hickox par le CDC était  » agent du Service de renseignements épidémiologiques « , et elle est diplômée du programme SIE 2012 selon le présent document du CDC (PDF). (Voir page 138 – 139 pour son nom et sa photo, ou voir la photo ci-dessous).

La même année, le CDC a diplômé 81 de ces  » agents de renseignement  » dont les noms et les photos figurent également dans le document public.

L’essentiel ? Ne faites pas confiance à l’industrie des vaccins

Quelle est la conclusion à tirer de tout cela ? Les vaccins ont été et continueront d’être utilisés comme couverture pour les programmes de dépopulation forcée impliquant des produits chimiques de stérilisation ou d’euthanasie.

L’obéissance aux vaccins permet aux équipes de dépeuplement accompagnées de policiers armés d’intimider les gens pour qu’ils acceptent tout liquide qu’ils veulent mettre dans une seringue. Ce liquide peut être un vaccin, un produit chimique pour la stérilisation ou même un produit chimique pour l’euthanasie.

Toute population endoctrinée à faire confiance à l’industrie du vaccin – une industrie où les activités criminelles se répètent et où la vie humaine est totalement ignorée – est prête à être la cible d’un dépeuplement. (Voir Nigéria Délivre des mandats d’arrêt à l’encontre de hauts responsables de Pfizer à la suite d’expériences de drogue menées sur des enfants.)

Après tout, pourquoi se donner la peine de construire des chambres à gaz et de rassembler des gens en vue d’une extermination massive alors qu’il est possible d’obtenir le même résultat sans aucune résistance en étiquetant simplement les produits chimiques « vaccins » ?

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source et crédits : HUMANSAREFREE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *