700 enfants dorment dans les rues de Paris tous les soirs

Douze associations françaises ont signé, en novembre, un manifeste pour interpeller l’État sur les situations de précarité vécues par les enfants en région parisienne. Selon les chiffres avancés, 700 enfants dorment chaque soir dans la rue tandis que 2000 enfants sont hébergés dans des hôtels.

Elles sont douze associations, dont Emmaüs, la Fondation Abbé Pierre, Unicef, le Samu Social et la Ligue des Droits de l’Homme, à demander la création d’un plan d’urgence pour accueillir, sur le long terme, les enfants qui se retrouvent actuellement sans logement ou dans des logements précaires. Selon ces associations, la situation des familles, vivant à la rue ou dans des logements précaires sur le territoire français, se dégrade un peu plus chaque année.

Alors que, chaque soir, à Paris, le 115, le numéro d’urgence sociale, ne peut obtenir de solutions pour 700 demandes émises par des enfants en famille, la situation devient, en effet, dramatique. La situation est similaire en Seine-Saint-Denis où 5000 enfants sont hébergés à l’hôtel et la moitié d’entre eux aurait moins de 3 ans.

Familles séparées

Au total, 40.000 personnes en famille sont hébergées dans des hôtels, en partenariat avec le Samu Social, par manque de places dans les centres d’hébergement. L’organisation ne dispose, pour le moment, que de deux CHU, réservés aux familles, et pouvant accueillir, au total, 82 d’entre elles. Ce manque de moyens conduit quelquefois à des situations dramatiques. Dans leur manifeste, les associations évoquent les cas de femmes qui se retrouvent à la rue avec leur nouveau-né, de mineurs dormant dans des squats, ou de familles séparées par manque de solutions de logement.

Afin de résoudre cette crise humanitaire, les associations proposent la mise en œuvre de mesures concrètes. Il s’agit de créer des possibilités de logements adéquates et sur le long terme, où chaque enfant aurait droit à un accompagnement. Les structures d’hébergement doivent être adaptées, pouvoir garantir la préservation de l’unité familiale ainsi que “les droits fondamentaux à une vie digne, à la protection et à l’éducation de tous les enfants(…)”.

Et en Belgique?

Selon les chiffres du Samu Social au soir du 9 décembre, 784 personnes sans abris avaient été accueillies dans les centres de la région bruxelloise. Parmi elles, 468 personnes en familles dont 259 enfants. Certaines familles sont redirigées vers des associations, des CPAS ou des services d’aide. Un nouveau centre, ouvert le 16 décembre au Botanique et prévu pour accueillir les hommes seuls, pourrait aider à mieux répartir les demandes.

Source : 7SUR7

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS