3 Règles selon la Cour des juges au Pérou : La Pandémie COVID-19 déclenchée par Bill Gates, George Soros et Rockefeller -

3 Règles selon la Cour des juges au Pérou : La Pandémie COVID-19 déclenchée par Bill Gates, George Soros et Rockefeller

Au Pérou, un tribunal de trois juges a décidé que la pandémie de COVID-19 avait été déclenchée par les milliardaires Bill Gates, George Soros et Rockefeller.

Malgré ce jugement (lire la résolution dans son intégralité ci-dessous), les « vérificateurs de faits » ont conclu que le tribunal péruvien n’avait aucune preuve pour rendre un tel jugement en citant la déclaration de l’OMS et des CDC qui ont perdu toute leur crédibilité.
Le 21 décembre 2020, un tribunal péruvien composé de trois juges a déclaré que la pandémie de coronavirus avait été déclenchée par les milliardaires Bill Gates, George Soros et Rockefeller, ironiquement connus sous le nom de Good Club – qui veulent sauver le monde.

La résolution soutient que le processus pénal a été arrêté à cause du covid-19, de sorte qu’il avait une nature « imprévisible », sauf pour ses créateurs « qui l’ont manipulé et continuent à le diriger avec un secret extrême dans leur environnement et les sociétés mondiales, avec des projections au projet 2030.

Comme l’a rapporté le service officiel d’information juridique péruvien lpderecho en citant l’ordonnance du tribunal datée du 21 décembre 2020 :

threejudgecourtinperurulescovid 19pandemicstartedbybillgates2cgeorgesorosandrockefeller

L’Accord Plénier 01-2017 dans sa 18ème fondation stipule « … une prolongation de la détention préventive ne peut être acceptée si le processus pénal a été paralysé sans aucune cause de justification qui le légitime … »

Dans l’affaire sub judice, la procédure pénale a été paralysée en raison de la pandémie Covid 19, créée par les élites criminelles qui dominent le monde ; et qu’elle a paralysé les activités dans presque tous les pays du globe, et personne n’a imaginé son avènement et sa poursuite dans le futur.

court in peru rules covid 19 pandemic started by billgates2cgeorgesorosandrockefeller

Cet événement a un caractère « imprévisible », et est une cause justifiée qui a paralysé, et continuera d’entraver, non seulement le travail judiciaire des cours de justice du monde, mais aussi toutes les activités économiques, sociales et culturelles, et ce jusqu’à présent avec des restrictions préexistantes, y compris dans notre pays.

Par conséquent, aucun gouvernement mondial, aucune personne physique ou morale, ni la défense de l’accusé, ne peut soutenir que cette pandémie a la qualité de « prévisible », à l’exception de ses créateurs du nouvel ordre mondial comme Bill Gates, Soros, Rockefeller, etc. qui l’ont gérée et continuent de la diriger avec un secret extrême au sein de leur environnement et des entreprises mondiales, avec des projections pour le projet 2030.

Dans ces conditions, la pandémie de grippe 19 constitue sans aucun doute une « difficulté particulière pour entraver l’enquête ou la procédure pénale ».

Ce qui n’est pas mentionné dans l’arrêt, c’est que la Fondation Rockefeller et la Fondation Clinton ont développé une série d’applications COVID qui permettront de contrôler étroitement votre vie post-covidienne. L’initiative est lancée par la fondation à but non lucratif Commons Project, qui fait partie du Forum économique mondial.

Le Commons Project comprend trois applications COVID – CommonHealth, COVIDcheck et CommonPass. Ensemble, elles collecteront, stockeront et contrôleront vos données de santé, sur la base desquelles les applications décideront si vous êtes autorisé à voyager, étudier, aller au bureau, etc.

Le 11 janvier 2021, le service d’information juridique lpderecho a rapporté que des hauts fonctionnaires de la justice péruvienne ont annoncé qu’ils allaient ouvrir une enquête sur la déclaration des trois juges.

Malgré le jugement, les « vérificateurs de faits » ont conclu que le tribunal péruvien n’avait aucune preuve pour rendre un tel jugement en citant la déclaration de l’OMS et des CDC qui ont perdu toute leur crédibilité. Ce qui est intéressant, c’est que Lead Stories, le « fact-checker » de Facebook, est lui-même financé par les Chinois et s’emploie à démystifier les articles qui soulignent leur rôle dans la pandémie et à donner des leçons de morale à leurs bailleurs de fonds.
Action en justice dans le monde entier

Auparavant, un politicien italien avait demandé l’arrestation de Bill Gates au Parlement italien. Sara Cunial, députée de Rome, a dénoncé Bill Gates comme « vaccin criminel » et a exhorté le président italien à le remettre à la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.

Il a également été révélé dans un rapport de renseignement humain intercepté que Bill Gates avait offert un pot-de-vin de 10 millions de dollars pour un programme de vaccination forcée contre le coronavirus au Nigeria.

Comme l’a rapporté GreatGameIndia l’année dernière, le président du Belarus a révélé que l’aide de la Banque mondiale pour le coronavirus est assortie de conditions permettant d’imposer des mesures de verrouillage extrêmes, de modeler leur réponse au coronavirus sur celle de l’Italie et même de modifier les politiques économiques qu’il a refusées comme étant « inacceptables ».

Un procès important a également été intenté contre le Premier ministre du Danemark pour des restrictions strictes de COVID-19 et pour avoir tué près de 17 millions de visons.

Il y a tout juste une semaine, un tribunal allemand a déclaré, dans un jugement historique, que les mesures de restriction de COVID-19 imposées par le gouvernement sont inconstitutionnelles. Le verrouillage du printemps en Thuringe était « une décision politique catastrophiquement erronée avec des conséquences dramatiques pour presque tous les domaines de la vie des gens », a déclaré le tribunal, justifiant sa décision.

Auparavant, un juge fédéral américain avait jugé anticonstitutionnelles les restrictions concernant les coronavirus en Pennsylvanie.

Récemment, un tribunal allemand a statué que les mesures de confinement de COVID-19 sont anticonstitutionnelles. Par ailleurs, une commission d’enquête allemande va engager une action en justice contre les responsables de la crise COVID-19.

Il vient d’être annoncé que le gouvernement canadien a été poursuivi pour avoir mis en quarantaine des citoyens dans des lieux secrets.

Même les experts sanitaires belges ont demandé une enquête sur l’OMS pour avoir simulé une pandémie.

Ces actions en justice sont désespérément nécessaires aux États-Unis et au Royaume-Uni également.

Dans le passé, en 2010, l’OMS a été prise en train de simuler une pandémie et a dû admettre que sa méthodologie de mesure de la viralité ou de la propagation de la maladie, au lieu de sa gravité, était incorrecte.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour NSF

Source : HUMANSAREFREE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *