2 667 sacs radioactifs de Fukushima déplacés par le typhon Hagibis

Alors que le typhon Hagibis martelait le Japon samedi, des milliers de sacs contenant des déchets radioactifs à Fukushima auraient été transportés dans un ruisseau local par les eaux de crue.

Les experts préviennent que les sacs radioactifs pourraient avoir un impact dévastateur sur l’environnement dans toute la région du Pacifique, rapporte Taiwan News.

Selon Asahi Shimbun, une installation de stockage temporaire contenant 2 667 sacs contenant des contaminants radioactifs provenant de la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011 a été  » inondée de manière inattendue par les eaux de crue apportées par le typhon Hagibis « .

Des pluies torrentielles ont inondé l’installation de stockage et déversé les sacs dans un cours d’eau à 100 mètres du site.

Les responsables de la ville de Tamara, dans la préfecture de Fukushima, ont déclaré que chaque sac est d’environ un mètre cube.

Les autorités n’ont pu récupérer que six sacs à 21 h le 12 octobre, et il n’est pas certain combien n’ont pas encore été récupérés pendant que l’on évalue les retombées environnementales potentielles.

Les déchets radioactifs emportés par le typhon Hagibis représentent le dernier revers pour les responsables de Fukushima qui ont lutté pour mettre les radiations en quarantaine de manière adéquate.

StatesmanJournal Reports : Des rayonnements marins provenant de la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, ont été détectés sur la côte ouest des États-Unis.

Le césium 134, l’empreinte digitale de Fukushima, a été mesurée dans des échantillons d’eau de mer prélevés à Tillamook Bay et Gold Beach en Oregon, selon des chercheurs de la Woods Hole Oceanographic Institution.

En raison de sa courte demi-vie, le césium 134 ne peut provenir que de Fukushima.

De plus, pour la première fois, du césium 134 a été détecté dans un saumon canadien, le projet InFORM de Fukushima, dirigé par l’océanographe Jay Cullen de l’Université de Victoria, fait rapport.

Dans les deux cas, les concentrations sont extrêmement faibles, selon les chercheurs, et ne représentent pas un danger pour les humains ou l’environnement.

D’énormes quantités d’eau contaminée ont été libérées de la centrale nucléaire paralysée à la suite d’un séisme et d’un tsunami d’une magnitude de 9,0 en mars 2011. D’autres rayonnements ont été libérés dans l’air, puis sont tombés dans la mer.

Traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source : NEWSPUNCH

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS