163 salariés de Derichebourg licenciés pour avoir refusé de baisser leur salaire -

163 salariés de Derichebourg licenciés pour avoir refusé de baisser leur salaire

Mauvaise nouvelle pour des salariés du sous-traitant d’Airbus. Certains syndicats dénoncent un plan social déguisé. 

C’est l’une des conséquences directes de la mise en place d’un accord de performance collective. Le dispositif, créé en 2017 est revenu sur le devant de la scène au mois de juin. Muriel Pénicaud, l’ancienne ministre du Travail, y défendait alors une alternative aux licenciements dans un contexte de crise lié à la pandémie de coronavirus. Mais, refusant d’accepter une baisse de salaire, 163 employés de l’entreprise Derichebourg, à Toulouse, vont être licenciés. Le reste des employés de la société l’ont accepté dans le cadre de l’accord avec les dirigeants, détaille France Bleu.

Pour le sous-traitant d’Airbus, la crise se fait sentir depuis plusieurs semaines. Le groupe qui emploie 36.000 salariés dans le monde a évoqué la possibilité de supprimer jusqu’à 700 emplois et a donc décidé de la mise en place de l’accord de performance collective afin d’éviter un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Les salariés qui ont signé l’accord vont voir leur salaire diminuer. Pour les plus bas salaires, le montant représente 8,56 euros par jour, soit environ 20% de leur revenu mensuel. Selon Libération, environ 1.400 personnes ont accepté l’accord. Ceux qui ont refusé ont donc été licenciés pour cause « réelle et sérieuse ». Selon la radio publique, la baisse de salaire de 300 euros par mois était impossible à accepter. Les salariés qui restent au sein de l’entreprise et gagnent plus de 2,5 fois le Smic perdront aussi le 13e mois. Les aides au transport et à la restaurations disparaissent également, souligne le quotidien.

Au sein de l’entreprise, l’accord n’a pas rallié les suffrages de tous les syndicats. S’il a été signé par FO, l’Unsa s’y est opposé, estimant notamment qu’il s’agirait au final d’un plan social déguisé. L’entreprise aurait d’ailleurs précisé en juillet que les salariés licenciés ne seront pas remplacés. De ce fait, le plan social pourrait toujours être déclenché par Derichebourg. En effet, si l’accord est censé l’empêcher, le PSE reste une option en cas de crise économique ou sanitaire. À noter que la direction s’est engagée à maintenir les emplois jusqu’en juin 2022.

Source : CAPITAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS